La numérisation de diverses formes de document foncier est en marche. Un processus long et limité par les performances du logiciel utilisé.

Long processus. Les efforts de l’État dans la réforme foncière est besoin de plus de soutien. La numérisation des diverses formes de documents fonciers figure parmi les priorités de cette réforme et c’est le guichet  unique de la circonscription foncière d’Antananarivo Atsimondrano et Avara-drano, sis à Ankadindratombo, qui a été choisi comme guichet pilote pour entamer la transformation des documents physiques en numériques. Figurant parmi les pionniers  de l’informatisation des services, ce guichet rencontre pourtant des difficultés car le « Land information system of Madagascar » (LISOM), logiciel utilisé pour la numérisation a ses limites, d’après la simulation assistée par les hauts responsables du M2PATE, hier.
« Déjà le nombre de techniciens est insuffisant, et ils rencontrent des problèmes techniques dans l’utilisation du LISOM, sans parler des baisses de tension électrique fréquentes ralentissant le rythme des activités. 65% seulement des plans et certificats fonciers ont pu être numérisés dans ce guichet unique, soit un rythme moyen annuel de 25 000 plans. Si on fait le calcul, la numérisation de tous les plans de Madagascar prendra 75 ans », a révélé Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, ministre en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) hier à Avaradrano.

Réconciliation
Le département doit ainsi fournir d’autres stratégies pour atteindre la vitesse de croisière nécessaire à l’accomplissement de ce projet de numérisation, surtout que de nombreux vieux documents sont soit illisibles, soit irrécupérables.
La politique de réforme foncière vise, en premier lieu, à réconcilier les Malgaches avec leur terre. Celle-ci a bien démarré en 2015 du fait de la synergie avec les objectifs à long terme de la politique urbaine et du plan local d’Occupation foncière  (PLOF) défini. « La numérisation devrait faciliter la gestion des données et accélérer l’atteinte de cette vision de réconciliation. Le logiciel LISOM est encore à améliorer car il sert à apporter de l’innovation dans les travaux d’archivage et à sécuriser les documents fonciers. Nous prévoyons de procéder à la numérisation des documents fonciers des usagers des services fonciers de la capitale d’ici peu », a ajouté le ministre.
Une programmation est déjà établie pour avancer petit à petit dans la numérisation des données, couvrant tout le pays.  En outre, la numérisation des documents fonciers permettra de disposer d’une base  de données localisée et structurée. Ce logiciel servirait notamment, à améliorer les travaux d’archivage et à sécuriser davantage les documents fonciers. Toujours est-il que la saisie informatique des quelque 14 000 titres fonciers et 104 000 parcelles cadastrales a, par exemple, permis jusqu’ici d’accélérer l’obtention de certificats juridiques. 32 circonscriptions foncières sur les 38 ont été partiellement touchées par les opérations d’informatisation. Il est prévu de sécuriser au moins cinq cent mille parcelles en 5 ans dans cent quatre vingt communes,  soit plus de cent mille certificats à délivrer par an. En somme, encore un long chemin à parcourir.

Mirana Ihariliva