En toute bonne foi, le bras de fer entre Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina s’est terminé par une poignée de main. Les hostilités n’ont pas cessépour autant. Dans un score nul et vierge, la compétition continue.

Fin de l’épisode. Le choc des titans au Nord de Madagascar s’est terminé par un score nul et vierge. La cérémonie de lancement du jubilé du cinquantième anniversaire de l’Église reformée de Madagascar (FJKM) et la commémoration du bicentenaire de l’arrivée des missionnaires du London missionary society (LMS), dans le stade municipal d’Antsiranana, s’est déroulée dans une ambiance pieuse et apaisée, hier.
La poignée de main entre les deux présidents, Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana, annon­ce la fin du match, mais pas le championnat.
Quelques minutes auparavant, Hery Rajaonarimam­pianina a prononcé son discours. Le comité d’organisation a mis en place deux estrades. L’une était réservée aux invités de marque, dont le président de la République, et l’autre aux ténors de la FJKM.
Lors de sa prise de parole, Hery Rajaonarimampianina a rejoint celle où se trouve le comité du cinquantenaire, dont fait partie Marc Ravalo­manana. Pendant son discours, il a prié l’auditoire de faire preuve de bonne volonté et de prouver leur foi à travers les actes en faveur d’autrui et de la patrie.

Salut diplomatique
Il a également remercié et félicité le président du comité d’organisation de ce jubilé, ce qui fut suivi d’une ovation. À la fin de son discours, il s’est approché du président du parti TIM pour lui tendre la main. Pris au dépourvu, Marc Ravaloma­nana n’a pas pu refuser ce geste devant les  milliers de fidèles venus au stade municipal d’Antsiranana, d’où cette poignée de main en toute bonne (ou mauvaise) foi.
L’intervention du président de la République était précédée de celle du président du Comité d’organisation. Comme à son habitude, Marc Ravalomanana a posé ses marques au début de son allocution par la formule «Faly aho, tena faly » (je suis content, très content). Après une rétrospective des mandats des dirigeants successifs de la Fjkm, il a essentiellement salué et remercié le comité d’organisation de ce jubilé dans son discours. Il a également tenu à remercier le président de la Répu­blique d’avoir rehaussé de sa présence ce jubilé. Une déclaration suivie d’applaudissements.
Cette ambiance de convivialité est aux antipodes des événements qui se sont déroulés les jours précédents. Dans le programme annoncé par le comité d’organisation, une sortie collective à la plage de Ramena est prévue pour la deuxième journée de la célébration. Ainsi, la quête de popularité a primé et a fait le tour des réseaux sociaux l’après midi du samedi. Sans se concerter, les deux présidents ont établi un véritable modus operandi.
Les mêmes scenarios ont inondé les réseaux sociaux à quelques détails près. Arrivée en grande pompe, suivie d’un bain de foule, un dress code en short bleu, une baignade devant les caméras et appareils photos, des selfies avec le public, la guerre de communication a été à son optimum.
Dans son homélie, le président de la Fjkm a bon prôné amitié et solidarité des fidèles. «Que les différences ne soient pas facteurs de division dans cette Église», a prôné le pasteur Irako Andriama­hazosoa Ammi. Une déclaration probablement entendue par les deux personnalités influentes au sein de cette Église à tel point qu’ils ont marqué cet épisode par une poignée de main en toute bonne mauvaise foi ou en toute mauvaise bonne foi. Quoi qu’il en soit, entre les deux géants de la politique, la Fjkm est prise en sandwich.

Andry Realitsalama