Un regroupement ad hoc de partis politiques s’est formé pour veiller sur les lois électorales. Ils vont s’exprimer ce jour. Le Gouvernement nie verrouiller le processus.

Attendu. Le groupement des partis politiques sur le code électoral va s’exprimer ce jour. Le délai d’une semaine qu’il a posé est épuisé. Il a réclamé un droit de regard sur l’avant-projet du cadre juridique des élections, lors d’une réunion à l’hôtel Colbert le 3 novembre.
Cette organisation ad hoc a vu le jour suite à l’atelier de restitution et de validation du rapport du comité interministériel chargé de la rédaction de nouveaux textes électoraux le 26 octobre.
Éparpillés, ambivalents et obsolètes, les textes régissant les opérations électorales nécessitent une révision. Dans cette optique, et depuis un peu plus d’une année, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a entrepris un long processus de consultation. D’où la mise en place de la commission consultative et de réflexion sur l’amélioration du cadre juridique des élections.
Cette commission a consolidé et analysé les avis recueillis pendant les ateliers régionaux et nationaux vers la fin de l’année 2016. Remis au gouvernement en fin juin, les travaux de la commission consultative ont été traduits en projet de loi par un comité interministériel. Après des semaines de cogitation, le comité interministériel a effectué un rapport public, avec la partici­pation des partis politiques et de la société civile avant la soumission du texte en conseil du gouvernement.
Un climat de méfiance s’est installé après l’atelier de restitution, car une partie de l’assistance a qualifié le rapport du comité interministériel de sommaire. Ainsi, une alliance spontanée, voire contre nature s’est constituée à l’hôtel Colbert Antani­narenina, à l’issue de la réunion du 3 novembre.

Nouveau cadre juridique
L’appréhension de la reproduction du scénario de l’adoption controversée du code de communication en 2016 a rapproché les Lalatiana Rakotondrazafy de Marc Ravalomanana, en l’occurrence. Ils exigent une copie de l’avant-projet de loi en vue de le comparer avec les recommandations de la commission consultative, avant son adoption en conseil des ministres.
Ils ont par ailleurs donné une semaine au gouvernement pour répondre à leur doléance, sinon ils vont procéder à l’élaboration de propositions de lois électorales à soumettre directement au Parlement.
En marge de la cérémonie de remise de matériel pour l’opération guichet unique de jugement supplétif et de carte d’identité nationale vendredi, le Premier ministre Olivier Solonan­drasana Mahafaly s’est exprimé sur la question. « Le gouvernement a fait montre d’ouverture par respect du principe démocratique. Nous avons pris en compte toutes les remarques et observations émises pendant l’atelier de restitution. (…) et il est de notre devoir de proposer un texte qui garantit l’apaisement et la stabilité », a-t-il soutenu.
Après la validation de ces textes en conseil du gouvernement et le conseil des ministres, le projet de loi va être soumis au Parlement pour adoption. Si l’on veut respecter les normes internationales, les règles du jeu doivent être connues de tous, au moins six mois avant les élections. Ainsi, il est impératif que le nouveau cadre juridique des élections soit adopté pendant cette deuxiè­me session du Parlement.
« Après sa validation en conseil des ministres, ces textes vont être diffusés sur internet. Il est encore possible de discuter sur certains points lors des débats à l’Assemblée nationale, si certains points ne satisfont pas les partis politiques », conclut le Premier ministre.

Andry Rialintsalama