Le Fonds monétaire international (FMI) a donné, hier, son accord pour le décaissement de la troisième tranche du FEC.

Le gouvernement passe le test encore une fois. Après quel­ques mois d’âpres négociations et plusieurs mois de réformes, le gouvernement malgache a reçu le feu vert du Fonds monétaire international (FMI) pour la continuité du programme Facilité élargie de crédit (FEC). Le conseil d’administration de cette institution a donné son accord, hier, pour le décaissement de la troisième tranche au titre de ce programme triennal. C’est la ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Andriambo­lolona qui l’a annoncé, hier même devant la presse. Le déblocage du crédit d’un montant de 44,5 millions de dollars devait se faire dans les prochains jours. Ce qui porte le total de décaissement à 174,1 millions de dollars.
« Tous les critères de réalisations quantitatifs et tous les objectifs indicatifs ont été atteints en fin juin 2017, et le program­me structurel progresse aussi », indique le communiqué du FMI. L’examen du dossier Madagascar est passé comme une lettre à la poste. « Contrai­rement aux évaluations précédentes, le Conseil d’administration de cette institution n’a pas tenu de réunion formelle. Il a arrêté ses décisions selon la procédure dite du défaut d’opposition », a déclaré Alain Hervé Rasolofondraibe, gouverneur de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM) hier.

Croissance solide
« Le FMI a constaté la continuité de la mise en œuvre des différentes réformes et d’importantes réalisations du gouvernement dans le cadre de ce programme. Tous les critères de réalisations fixées pour fin juin ont été respectés. La reprise graduelle de l’économie, avec une croissance solide et une stabilité macro-économique n’est que le résultat palpable de ces efforts », a déclaré la ministre Vonintsalama Andriam­bololona.
Pendant près de trois semaines, au mois de septembre, l’équipe de Marshal Mills, chef de mission du FMI pour Madagascar a scruté de fond en comble toutes les exécutions des réformes entreprises par le gouvernement dans le cadre de ce programme. La délégation a tenu à l’œil la gouvernance des sociétés d’État, comme la Jirama ou Air Madagascar, qui, selon eux, handicapent le fonctionnement du budget étatique.
L’adoption par le Parle­ment du projet de Loi des finances 2018 était donc cruciale dans cette décision du board du FMI. Le document budgétaire prévoit un accroissement des recettes de l’État, la limitation des dépenses moins prioritaires, la réduction progressive des transferts alloués à la Jirama, qui est de 209 milliards ariary pour l’année 2018 contre 450, cette année.
La FEC est un mécanisme de prêt qui permet d’accompagner des programmes de manière soutenue, à moyen et à long termes, dans le cas de difficultés persistantes de la balance de paiement. L’accord conclu avec Madagascar, d’un montant de 220 millions de DTS soit environ 304,7 millions de dollars, a été approuvé par le conseil d’administration du FMI, le 28 juillet 2016.

Lova Rafidiarisoa