La mission du FMI a présenté les conclusions préliminaires de sa deuxième revue hier. L’accord devra attendre la loi des Finances 2018.

En suspens. Le décaissement de la troisième tranche au titre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) n’est pas tout à fait acquis. Tout dépendra du budget 2018 concernant les transferts alloués aux entreprises étatiques, notamment à la Jirama. Les deux parties devraient encore engager des discussions.
« Les discussions se poursuivent sur le budget de 2018 qui est encore en cours d’élaboration. Des mesures restent à affiner pour que les besoins soient conformes aux dotations. Mais il n’y a pas de grosses différences entre les chiffres », déclare Marshal Mills, chef de mission du Fonds monétaire international (FMI) hier, dans les locaux du ministère des Finances et du budget. « À l’issue de ces discussions, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international pourrait examiner, comme prévu en décembre 2017, la deuxième revue de l’accord au titre de la facilité élargie de crédit », ajoute-t-il.
Le gendarme des finances mondiales garde les yeux ouverts sur la gestion des sociétés d’État comme la Jirama et Air Madagascar. Si la compagnie aérienne nationale semble pouvoir bientôt sortir du gouffre, la Jirama, quant à elle, est en plein redressement. Les subventions étatiques continuent encore d’alimenter les caisses de la compagnie de distribution d’eau et d’électricité jusqu’en 2020. Pour l’année 2018, cette subvention ne devrait pas dépasser les 200 milliards ariary.

Progrès
Par ailleurs, le cadre du FMI a souligné la belle performance du gouvernement au cours du premier semestre avec le maintien de la stabilité macroéconomique en dépit des chocs. « Les autorités ont réalisé d’importants progrès dans le cadre du programme appuyé par la FEC. À ce jour, tous les critères de réalisation quantitatifs fixés pour fin juin ont été respectés. Le recouvrement des recettes continue de dépasser les objectifs du programme », explique Marshal Mills.
La FEC est un mécanisme de prêt qui permet d’accompagner des programmes de manière soutenue, à moyen et à long termes, dans le cas de difficultés persistantes de la balance de paiement. L’accord conclu avec Madagascar, d’un montant de 220 millions de DTS soit environ 304,7 millions de dollars, a été approuvé par le conseil d’administration du FMI, le 28 juillet 2016.
Dans le cadre du programme FEC, le FMI effectue une revue semestrielle pour évaluer la performance du gouvernement malgache. Une note positive de cette deuxième revue du programme ouvrira la voie au décaissement de la troisième tranche, d’un montant de 43,5 millions de dollars

Lova Rafidiarisoa