Onze prisonniers ont réussi à s’échapper en catimini de la maison centrale d’Ambatondrazaka sans encombre. Les fuyards restent introuvables. 

Coup de théâtre à Ambatondra­zaka. Dans la nuit de samedi à dimanche, la maison centrale du district a été le théâtre d’une évasion massive. L’alerte a été donnée lorsque onze détenus ont manqué à l’appel. À l’aube, un déploiement tape à l’œil d’éléments de l’administration pénitentiaire a saisi la ville et ses banlieues, mettant ainsi la puce à l’oreille des habitants. Sur les principales artères ainsi que les ramifications périphériques, des agents pénitentiaires armés, en tenue réglementaires ont effectué des contrôles routiers et passé au peigne fin les  environs.
Les  prisonniers se sont faits la belle, samedi, aux alentours de 23h 30. Les gardes semblent n’y avoir vu que du feu. Aucun coup de feu n’a été de surcroît signalé au moment des faits, laissant ainsi croire que les  fuyards n’ont rencontré aucune résistance.
Jusqu’ à hier, en fin d’après-midi, ni l’administration pénitentiaire ni le ministère de la Justice n’ont fait de déclaration officielle sur cette affaire. Du coup, aucune information précise ne filtre sur les circonstances de l’évasion ainsi que la saga criminelle des fugitifs.

Criminels
Des sources sur place évoquent, néanmoins, que les évadés se sont extirpés en pleine nuit de leur chambre de détention pour s’engager dans un périlleux parcours du combattant et escaladé les murailles du vieux pénitencier.
Bien que les identités des prisonniers qui se sont faits la malle n’aient pas été publiées, de dangereux individus, placés à l’ombre pour actes criminels y figurent selon les informations communiquées.
Le personnel de la maison centrale a eu beau mobiliser les moyens du bord avec tout l’effectif disponible pour  essayer de rattraper à lui seul les évadés, mais en vain. Au lever du jour, vers 6h 30, la nouvelle a fait le tour des environs. C’est alors que les forces de police, celles de la gendarmerie, ainsi que l’armée ont participé aux recherches.
Hier, plusieurs unités ont remonté les pistes des détenus en fuite, mais ces derniers semblent avoir réussi à s’évanouir dans la nature.
Dans l’après-midi, l’Organe Mixte de Conception (OMC) de la région Alaotra Mangoro a tenu une réunion d’urgence pour mieux concentrer les recherches.

Andry Manase