Près de douze mille votants français sont inscrits dans la Grande île. Le comité de soutien au mouvement « En marche » donne de la voix.

Dernière ligne droite. Le premier tour de la présidentielle française se tiendra dimanche. À Madagascar, près de douze mille électeurs, plus exactement 11 999 seront appelés à se présenter auprès des 17 bureaux de vote répartis à Antananarivo, Antsira­nana, Toamasina, Nosy-Be, Sambava, Sainte-Marie, Fianarantsoa, Manakara, Toliara, Tolagnaro, Moron­dava et Mahajanga.
Dans l’Hexagone, les onze candidats inscrits multiplient les opérations de charme pour convaincre les électeurs, surtout, les indécis, à voter pour eux. Dans la Grande île, les Français semblent surtout vivre la propagande électorale à travers les médias. Bien que discrètes, des campagnes de proximité sont menées par des membres du comité de soutien d’un candidat auprès de leurs compatriotes dans la Grande île.
Il s’agit de la cinquantaine de membres du comité de soutien du mouvement « En marche », du candidat Emmanuel Macron. Pour marquer cette dernière ligne droite de la campagne électorale, le comité de soutien de l’ancien ministre organisera, vendredi à partir de
19 heures à la salle de l’horloge de la Gare Soarano, une réunion publique.
« Nous allons présenter le programme de notre candidat, et même le comparer avec ceux des autres, débattre et répondre aux questions des Français de Madagascar », a-t-on expliqué lors d’une rencontre avec quelques journalistes, hier au café de la Gare, Soarano. Il s’agira surtout de convaincre les indécis, et éventuellement convaincre ceux qui ont déjà fait leur choix.

Serré
Les observateurs et analystes s’accordent, par ailleurs, que, pour la première fois dans l’histoire de la Répu­blique française, quatre candidats se trouvent dans un mouchoir de poche dans les sondages. « Les sondages publiés, ces derniers temps, affirment que quatre candidats sont au coude à coude pour passer au 2nd tour. Aussi, chaque voix comptera, c’est pour cela que nous avons décidé de mener campagne auprès de nos compatriotes », a été dit, hier.
Selon les explications données par les membres du comité de soutien au candidat Macron hier, le nombre des électeurs français de l’étranger est le même que ce que compte la ville de Paris, soit environ 1.300.000 électeurs. « Le taux de participation des électeurs à l’étranger est souvent très faible. Il s’agit aussi de mobiliser le plus de votants possibles », ont-ils expliqué.
Le comité de soutien du mouvement « En marche » à Madagascar veut ainsi marquer le coup durant les dernières heures de la campagne électorale. Il s’agira de convaincre leurs compatriotes à adhérer à une révolution politique, qui consiste à « libérer la France du vieux schéma “droite/gauche” qui l’étouffe. Ce piège l’empêche d’avancer », comme l’affirme le communiqué de presse partagé hier.
Les partisans du candidat Macron dans la Grande île, par ailleurs, soulignent le fait que leur favori « est le seul à proposer un rassemblement central. C’est la condition des réformes réussies et durables, car elles ne seront pas conçues comme la revanche éternelle d’un camp contre l’autre, mais comme une victoire pour tous ». L’ouverture de la France au monde, « tranchant avec le repli sur soi que prônent ses concurrents », ou encore son idée d’une loi pour moraliser la vie politique et le programme en faveur des Français de l’étranger devront aussi être mis en avant à Soarano, vendredi.

Garry Fabrice Ranaivoson