L’appel à des élections libres et inclusives a été l’un des points d’orgue du discours de l’ambassadeure de France, hier. Des propos qui rejoignent le message de la communauté internationale, ces derniers temps.

Rappel. C’est ainsi que Véronique Vouland-Aneini, ambassadeure de France, a expliqué le message qu’elle a lancé en vue des prochaines élections à Madagascar, hier à la résidence de France à Ivandry, à l’occasion du 14 juillet.
À l’instar de ses homologues britannique et américain, la diplomate française a profité de son discours d’ouverture de la célébration de la fête nationale de son pays pour déclamer son souhait, concernant les échéances électorales dans la Grande île.
« Notre souhait le plus cher est que ces élections, qui sont déjà dans tous les esprits, renforcent l’ancrage du pays dans le camp des démocraties, qu’elles traduisent le libre choix des Malgaches, qu’elles soient transparentes et inclusives et se déroulent sans porter atteinte à la stabilité du pays et à l’intégrité des personnes », a déclaré Véronique Vouland-Aneini, tranchant dans le vif dès le début de son allocution.
En l’espace d’un mois, le discours de l’ambassadeure de France, hier, est le quatrième du genre à l’endroit particulièrement des autorités étatiques et acteurs politiques malgaches. Questionné sur ce qui pourrait être la raison de ce fréquent appel de la commu­nauté internationale à des élections libres, ouvertes et inclusives, la diplomate a indiqué que c’est là le rôle de la communauté internationale, que d’aider Madagascar à rester dans le concert des nations.
Elle ajoute par ailleurs que ce sont des principes généraux qu’il est toujours bon de rappeler. Devant quelques journalistes, en marge de la cérémonie d’hier, l’ambassadeure Vouland-Aneini a néanmoins concédé que ces rappels ont forcément un lien avec le contexte socio-politique du moment. À un peu plus d’un an avant l’échéance présidentielle annoncée vers la fin de l’année 2018, l’arène politique est en effet en effervescence.

Continuité
Outre les tenants du pouvoir, certains prétendants affirmés à la magistrature suprême et leurs partisans battent le pavé pour se rappeler au bon souvenir des électeurs. Il y a aussi ceux qui n’hésitent pas à partir au clash avec les dirigeants pour truster les informations. En face, l’on note une frange d’entités politiques qui veulent, préalablement aux élections, remettre à plat le système de gouvernance et un nouveau partage de sièges.
Durant la réception à la résidence de France, certains observateurs ont indiqué que la démonstration de force qu’a voulu faire Marc Ravalo­manana, ancien chef d’État samedi dernier, présage un climat pré-électoral tendu. Ce qui expliquerait le fait que la communauté internationale monte au filet, pour défendre de manière univoque le processus électoral.
Afin de dissiper certaines craintes, Violette Kakyo­mya, coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies (SNU) à Madagascar, est allée jusqu’à soutenir, lors d’une conférence de presse à Andraharo jeudi : Je ne pense pas que cela s’applique aux élections de 2018. Des propos qui ont fait jubiler le fondateur de l’empire Tiko, hier à la résidence de France. Ce dernier, dont le principal tracas est de se voir, une nouvelle fois, tenu à l’écart d’une élection présidentielle.
Face aux journalistes, durant la brève interview en marge de la cérémonie à la résidence de France, Véro­nique Vouland-Aneini a insisté sur le fait que les prochaines élections devant clore le premier quinquennat de la quatrième République doivent confirmer la stabilité retrouvée à Madagascar, et garantir sa continuité. Durant cet échange, la diplomate a avancé un autre paramètre motivant le plaidoyer de la communauté internationale. Il s’agit aussi de la continuité des investissements internationaux.
Sur le processus électoral, l’ambassadeure a également déclaré dans son discours que la France est aux cotés de Madagascar, pour mener à bien cette entreprise parce que si l’instauration d’une démocratie qui fonctionne est dans l’intérêt des Malgaches, c’est aussi celui de tous vos grands partenaires. À propos des élections, la position de la communauté internationale est visiblement bien tranchée.

Garry Fabrice Ranaivoson