Andry Rajoelina est rentré à Madagascar dimanche. Une cellule spéciale est mise en place pour gérer ceux qui ont retourné leurs vestes.

Calculé. Les intentions de l’ancien président de la Transi­tion, Andry Nirina Rajoelina sont manifestes. Accueilli par les siens, dimanche, à l’aéroport international d’Ivato, il a annoncé mettre fin à son va-et-vient entre Madagascar et la France. Ainsi, dans le salon d’honneur et devant les journalistes, Andry Rajoelina a déclaré qu’il resterait, désormais, à Madagascar. Une décision alimentée par son intention de briguer un mandat présidentiel en fin d’année.
« Tout cela entre dans les préparatifs aux élections. Cela englobe toute une démarche. La réanimation des réseaux, la multiplication des visites, les différentes organisations, l’écoute du peuple, ainsi que des séries de rencontres avec toutes les entités jugées utiles », explique le député Brunel Razafi­tsiandraofa, élu à Ikongo sous les couleurs du groupement Miaraka amin’i prezida Andry Rajoelina (Mapar).
Les enfants prodiges d’Andry Rajoelina peuvent ainsi se repentir. Une cellule spéciale est mise en place pour rencontrer ses anciens compagnons pendant la Transition. « Des rencontres vont avoir lieu et cette cellule qui va s’en occuper. On ne connaît pas encore l’issue, mais il appartient à cette structure de gérer cela », poursuit notre interlocuteur, joint au téléphone. Durant son absence, l’unité de ses partisans a périclité. Au niveau de l’Assemblée nationale, le Mapar s’est scindé. D’autres compagnons de lutte lui ont également tourné le dos.

Travail de titan
À travers son « Initiative émergence Madagascar » au Musée des beaux arts à Paris, il y a quinze jours, il n’a pas caché son intention de se présenter. « Chaque chose en son temps. Il y a des moments où il faut se taire et d’autres pour parler. Le temps est venu pour parler et surtout pour proposer des solutions au peuple malgache », affirme-t-il sous l’ovation de l’assistance, composée en grande partie des députés qui n’ont pas retourné leurs vestes durant son absence. Considéré par l’opinion publique comme l’un des favoris avec Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina, un travail de titan attend Andry Rajoelina pour rameuter sa troupe.
Les candidats potentiels rivalisent d’initiative pour séduire les sympathisants. La semaine dernière, le Hery vaovaon’i Madagasikara a également prôné l’ouverture du parti à d’autres. Avec les centaines de partis politiques recensés au ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, les favoris auront à boire et à manger en termes de « comité de soutien ».

Andry Rialintsalama