Le communiqué de fin de mission à Madagascar, du haut représentant de l’UA constate un déficit de confiance et de dialogue autour des élections. Il y est souligné que l’investiture du nouveau Président aura lieu le 25 janvier 2019.

Méfian­ce. Tel serait le constat fait par Ramtane Lamamra, haut représentant de l’Union africaine (UA), concernant le sentiment qui prévaut autour des préparatifs des prochaines élections, notamment, la présidentielle.
L’organisation continentale a publié un communiqué de presse faisant état de la fin de mission de son haut représentant, vendredi. La missive rapporte que le séjour dans la Grande île de Ramtane Lamamra, lui aurait permis de constater un déficit de confiance et de dialogue entre toutes les parties prenantes sur les préparatifs des prochaines élections législatives et présidentielles, prévues avant la fin de l’année 2018.
Aussi il y est ajouté qu’à ses interlocuteurs malgaches à mettre tout en œuvre pour dissiper les malentendus, réduire le degré de méfiance. L’ancien émissaire de l’organisation continentale pour accompagner la sortie de crise malgache, durant les années transitoires, était à Antananarivo, du 20 au 23 novembre. Le communiqué publié vendredi, indique qu’il s’agit d’une mission d’information, d’écoute et de bonne volonté.
Mandaté par Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA, cette mission entrerait dans le cadre des engagements de l’Union et de conseil de paix et de sécurité visant à accompagner Madagascar dans le renforcement des acquis en matière de paix, de sécurité, de stabilité et de réconciliation nationale. Ramtane Lamamra, durant son séjour, a rencontré successivement le Prési­dent de la République, les anciens chefs d’État, les présidents des deux Chambres parlementaires, le Premier ministre.

Prestation de serment
Il a également eu une séance d’information et de coordination, avec le corps diplomatique, notamment les représentants des pays membres du Groupe international de soutien à Madagascar (GIS-M). Pour dissiper les malentendus et réduire le degré de méfiance, celui qui a été parmi les architectes du ni…ni, lors de la présidentielle de 2013, recommande une démarche inclusive.
« Le Haut représentant a encouragé ses interlocuteurs (…) à combler le déficit de dialogue et adopter une approche inclusive en vue de rechercher l’apaisement, la sérénité et la stabilité requis dans le pays », indique le communiqué de presse. Tous les discours s’accordent, aujourd’hui, sur le fait que la présidentielle se tiendra en 2018. Le communiqué de presse de l’UA soutient pourtant, qu’il importe de souligner que l’investiture d’un nouveau Président de la République élu est, quant à elle, prévue le 25 janvier 2019.
S’agit-il d’une manière pour l’Union africaine, de rester dans sa logique de dissiper les doutes ? Dans l’arène politique nationale, seul Rivo Rakotovao, président du Sénat, a affirmé haut et fort cette échéance soulignée par l’organisation continentale. Il s’agit probablement, de rassurer que son mandat en tant qu’intérimaire en cas de candidature du locataire d’Iavoloha, ne rallongera pas le quinquennat actuel.
Le chef de file du parti Hery vaovao ho an’i Madaga­sikara (HVM), semble avoir été pris aux mots. Pour être fixé sur le chronogramme de la présidentielle, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et les membres du projet de Soutien au cycle électoral à Madagascar (SACEM), demandent, néanmoins, que la date du vote soit définie dès maintenant. Questionné sur le sujet la semaine dernière, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a renvoyé les journalistes à s’en référer à la Constitution.
Si l’on s’en tient à l’article 47 de la Loi fondamentale, le premier tour de la présidentielle, selon Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI, devrait se tenir entre le 25 novembre et le 25 décembre. Dans une interview publiée dans l’Hebdo de l’Express de Madagascar, le 17 novembre, maître Hery Rakoto­manana, président de l’organe électoral, a indiqué que seul le premier tour est budgétisé pour l’année 2018. Ce qui ne semble pas rassurant vis-à-vis de la thèse d’une prestation de serment du nouvel élu, le 25 janvier 2019.

Garry Fabrice Ranaivoson