En poudre, ou encore sous forme d’huile cosmétique, l’« Ananambo » est très prisé sur le marché international. Elle fait un tabac en Europe.

L’« Ananambo » s’exporte bien. Même si elle n’a pas encore trouvé sa place dans les habitudes alimentaires des Malgaches, des chercheurs ont réussi à exporter l’« Ananambo » ou bien le « Moringa », sur le marché international. La société Moringa Wave travaille depuis quelques années dans cette plante miraculeuse dont les vertus sont mondialement reconnues. « Nous sommes spécialisés dans la plantation et la transformation de “moringa” ou “ananambo”. Les produits transformés sont, par la suite, exportés sur le marché local et international, essentiellement l’Europe », explique Vonimihaingo Ramaroson, co-fondatrice de cette entreprise sociale.
La société dispose de sites de production dans les régions de Vatovavy Fitovinany, Ihorombe, Atsimo Andrefana et Atsinanana. Une autre unité de production est basée à Antana­narivo, pour les traitements compliqués, le conditionnement et le stockage. À part les produits commerciaux, Moringa Wave consacre une partie de sa production à la lutte contre la malnutrition.

Vertus
D’après les informations obtenues auprès de la société, elle travaille avec l’Office nationale de nutrition (ONN) dans divers projets de cantine scolaire. Utilisé depuis des siècles dans la médecine traditionnelle indienne pour soigner plus de trois cents maladies, le « moringa » trouve peu à peu sa place dans les foyers grâce à ses nombreuses vertus, désormais reconnues. La particularité du « moringa » et sa haute teneur en nutriments, en acides aminés, en vitamines et en antioxydants, font de lui un aliment idéal pour combler les différentes carences de l’organisme.
Lors de la foire internationale de l’agriculture, les produits de Moringa Wave ont surpris plus d’un. Ils ont été présentés sous toutes les formes. « Que les Malgaches l’adoptent facilement. De nombreuses personnes se posent des questions sur le mode de consommation de cette plante, alors nous avons mis au point plusieurs formes de produits, en poudre fait à partir de ses feuilles séchées, d’huile cosmétique à partir de graines, ou même encore du chocolat », continue d’expliquer cette chercheur titulaire d’un PhD en science des aliments de l’Université de Bougogne en France.

Lova Rafidiarisoa