Toute une journée en ode à un lieu unique dans lequel sont collectés, conservés et exposés des objets dans un souci d’enseignement et de culture. Le 18 mai, journée internationale des musées a été célébrée sur le parvis du Tahala Rarihasina à Analakely. Cette célébration s’est découverte tel un petit musée à ciel ouvert pour le public du centre ville, tout au long de la journée d’hier. Elle a été initiée par la branche malgache du Conseil international des musées (ICOM), sous le parrainage du ministère de la Culture, de la promotion de l’Artisanat et de la sauvegarde du Patrimoine, en partenariat avec l’Office du site culturel d’Ambohimanga Rova (Oscar).
La journée a fédéré autant les acteurs du milieu de la muséologie, du patrimoine et de diverses institutions culturelles que les jeunes. Cette année, le thème, « Musées et histoires douloureuses : dire l’indicible dans les musées » a été choisi et mis en exergue par le biais d’une exposition et de ses animations. Plusieurs musées ont ainsi pris part à cette célébration, à travers laquelle les contextes et enjeux des musées à Madagascar ont surtout été exposés. « Les musées ont un rôle capital auprès des générations qui se succèdent au sein de notre société, de par sa fonction conservatrice et pédagogique. Il contribue activement à la transmission et à la valorisation de nos patrimoines matériels et immatériels, surtout pour les jeunes », souligne Marie Hortense Razafindramboa, directrice de l’Oscar.
Actuellement, les musées tels que ceux d’Ambohimanga Rova, d’Andafiavaratra, d’Ilafy ou encore de Tsinjoarivo peinent à faire valoir leurs activités. Ainsi, le public est incité à rejoindre ces lieux où l’histoire se redécouvre et reprend vie, le temps d’une visite. « C’est un privilège pour nous d’avoir ces musées, car c’est un lieu où l’on peut s’instruire et s’imprégner aisément des événements qui ont marqué notre pays. Que ce soit à travers ces objets ou ces photos, les musées nous enrichissent intellectuellement », confie Tovo, élève en classe terminale. Actuellement vingt-cinq musées publics et privés se répartissent dans différentes régions de Madagascar.

A.P.R.