La capitale a fait ses adieux au professeur hier. L’ensemble de la classe politique a égale­ment rendu un dernier hommage au premier Président de la troisième République.

Il est 14 heures. Au rythme de la fanfare de l’armée, les enseignants chercheurs de la faculté de médecine procèdent à la levée du corps du professeur Albert Zafy, ancien Président de la République, après un service funèbre conduit par les chefs des églises du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM).
Ultime hommage rendu par ses pairs, les professeurs de la faculté lui ont fait une haie d’honneur. Les officiers issus des armes des Forces armées ont, ensuite, pris le relais, pour transporter le cercueil de l’ancien Chef d’État. Durant une dizaine de minutes, tout le Palais des sports de Mahamasina s’est tu, jusqu’à ce que la dépouille de l’ancien Président, ait été hissée à bord du camion de l’armée. Auréolé d’une dizaine de couronnes de fleurs, il est près de 14 heures 30, lorsque le chirurgien cardiologue entame son dernier « mada-raid ».
Un dernier voyage, qui le conduira à Betsika, Ambilobe, lieu où il a vu le jour, un 1er mai 1927 officiellement, mais cinq ans plus tôt en vérité, pour y être inhumé, samedi. Jour de deuil national, la nation lui fera, à cette occasion, ses derniers adieux. « Tu es un grand homme. Et les grands hommes ne meurent jamais. Tu resteras toujours dans nos cœurs, dans le cœur des Malgaches », a déclaré la chirurgienne Sylvie Zafy, rendant hommage à son père. Les éloges funèbres prononcés hier ont été unanimes sur la grandeur d’esprit et de cœur de l’ancien chef d’État.

Réunion
Que ce soit en famille, dans le milieu académique et professionnel, ou encore politique, tous ont souligné la droiture, l’abnégation, la probité et le souci de son prochain de « l’homme au chapeau de paille ». Le professeur Ange Andrianarisoa était le premier à prendre la parole, au nom du corps professoral de la médecine, suivi du professeur Panja Rama­noelina, recteur de l’université d’Antananarivo, portant le dernier adieu des six universités de Madagascar.
Des qualités soulignées par Régis Manoro, secrétaire général du parti Union nationale pour le développement et la démocratie (UNDD), formation politique fondée par Albert Zafy. Sa famille politique a entonné une chanson que l’ancien Président  tenait à cœur, chanson intitulée « Samy Malagasy », dont les couplets prônent la réconciliation nationale. Parlant au nom de l’État, Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a mis en exergue cette quête du professeur qui serait matérialisée par la mise en place du Conseil du « fampihavanana Malagasy » (CFM).
Les adieux au professeur Zafy ont également réuni l’ensemble de la classe politique. Dirigeants et opposants ont pu se tolérer, le temps de rendre hommage au premier Président de la République. Ses anciens compagnons politiques, mais aussi, ses adversaires d’hier étaient présents. Les jeunes partis politiques, comme le parti Antoka sy dinan’ny Nosy – Arche de la nation (ADN), ont également honoré celui qui est considéré par tous comme « le père de la démocratie » à Madagascar. Un titre que la famille de la presse et la société civile n’ont pas oublié.
L’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM) a rappelé la contribution pour la liberté de la presse de celui qui a été l’un des fondateurs du comité national pour la défense des droits de l’Homme à Madagascar en 1976. Hormis Didier Ratsiraka, ancien président, absent pour des raisons de santé, les anciens chefs d’État ont tous été présents durant le service funèbre, au Palais des sports. Pour la première fois, depuis plusieurs mois, les Norbert Lala Ratsi­rahonana, Marc Ravaloma­nana, et Andry Rajoelina ont été présents ensemble, à un même évènement.
Portant les mots de remerciement de la famille, le professeur Raymond Ranjeva, président de l’Académie malgache, a remercié la nation malgache et toute l’assistance. Soulignant, qu’en toute circonstance, « l’homme au chapeau de paille », n’a jamais manqué de demander la bénédiction divine aux Présidents malgaches, le professeur Ranjeva a adressé les vœux de la famille à Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, absent pour l’occasion. « Les prières parviennent toujours, à qui elles sont dédiées, même s’il est loin », a déclaré l’académicien.

Garry Fabrice Ranaivoson