Les débuts des nouveaux membres du CSM sont assombris par une contestation de la régularité de la candidature de l’un d’entre eux. Une requête y afférente est déposée devant le Conseil d’État.

Contesté. La passation de service entre les anciens et nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), sauf changement, se tiendra demain, au siège de l’entité judiciaire, à Tsaralalàna. Les débuts des nouveaux membres du CSM qui y siègeront durant les trois prochaines années, se feront, toutefois, avec en coulisse la contestation de l’élection de l’un d’eux.
Après avoir été douché par la réponse de la commission électorale chargée de l’organisation de l’élection des nouveaux conseillers, le magistrat Firiana Ranesa, candidat malheureux, a déposé une requête devant le Conseil d’État. Ceci pour le sursis à exécution et l’annulation de l’élection du magistrat Arlème Lebon Rabevahiny, comme membre du CSM. Ce dernier a été élu pour le compte des juges en détachement, mis à disposition ou en service auprès de la Chancellerie et de l’École nationale de la magistrature (ENMG).
Selon le requérant, les résultats concernant le candidat Rabevahiny devraient être invalidés. Ne remplissant pas la condition d’avoir accompli huit années de service effectif au sein de la magistrature, sa candidature aurait dû être irrecevable. Suivant l’article 2 de la loi organique sur le CSM, l’arrêté fixant l’organisation des élections de ses nouveaux membres impose cette condition d’ancienneté comme l’un des critères de recevabilité des candidatures, en son article 6.
D’après les explications, serait considéré comme juge en service effectif au sein de la magistrature, celui dont la carrière est gérée par le CSM. « Il ne s’agit pas d’amertume du fait que je n’ai pas été élu mais, de rétablir une justice et une équité. Des candidatures ont été déclarées irrecevables à cause de ce critère du huit années de service effectif », plaide le juge Ranesa.

Enjeux
La commission électorale a, cependant, répondu que la requête ne relève pas de ses attributions. Le motif serait que la demande porte sur une contestation de candidature après la tenue du scrutin. Trancher sur les contestations et réclamations relatives au déroulement de la campagne électorale « et/ou du scrutin en général », figure parmi le mandat de la commission accordé par l’arrêté fixant l’organisation des élections.
Cet acte règlementaire ne prévoit l’ouverture des démarches de contestations et réclamations que dans un délai de dix jours après la clôture du scrutin. Certes, l’arrêté souligne que la commission électorale dispose d’un droit d’appréciation souveraine quant aux suites à donner à ces réclamations et contestation. Seulement, selon la source contactée, la réponse de la commission jette un doute sur la régularité ou non de la candidature du juge Rabevahiny. Mais surtout, certains s’interrogent sur les raisons pour lesquelles elle n’a pas tranché.
La démarche de Firiana Ranesa ne ferait pas l’unanimité au sein de la magistrature. Certains ne souhaitant pas une exposition publique des affaires internes du corps. Dans certaines sphères, toutefois, les débats dépasseraient le cadre juridique et certains avancent leur crainte que cet imbroglio soit une éventuelle manœuvre politique d’occupation du CSM. La source contactée déplore que la conjoncture actuelle puisse donner un mauvais départ pour les nouveaux membres du Conseil.
Ceux-ci auront fort à faire pour redorer l’image de la Justice aux yeux du public, mais également, reconquérir la confiance des magistrats en se dressant aussi, comme rempart à son indépendance et non seulement, un organe de sanction. « L’enjeu ici est la crédibilité de la nouvelle composition du CSM, qui fait déjà débat. Cette incertitude ouvre, également, une brèche qui pourrait faire que certains puissent remettre en cause la régularité de ses futures décisions », indique la source.
Le verdict du Conseil d’État pourrait remettre de l’ordre à cette confusion. Seulement, l’audience est prévue le 6 décembre. Les nouveaux membres du CSM seront, toutefois, déjà en fonction après la passation de demain. Le fait que la Cour administrative déclare la requête sans objet est un scénario probable.

Garry Fabrice Ranaivoson