La 24e édition du festival Donia aura bel et bien lieu à Nosy Be à la saison habituelle. Les préparatifs vont bon train.

xLa confirmation a été donnée à Nosy  Be par Sanna Vincenzo, président fondateur du  festival Donia, et non moins président  du comité d’organisation Cofestin. Les dates sont déjà fixées pour la semaine de la Pentecôte, plus précisément du 31 mai au 4 juin prochain. Le festival fête cette année ses 24ans. Il doit la pérennité de ce long succès à une exigence constante et très forte reposant sur des atouts majeurs et indissociables, à savoir la qualité et l’originalité sans cesse renouvelées de ses programmes. Il en est  de même de la qualité des artistes venant de tous horizons, ayant pour dénominateur commun une réputation et une notoriété nationale et internationale.
Comme à chaque édition, Donia est l’occasion  de découvrir de nouveaux talents locaux, des artistes des pays voisins, et d’apprécier les grosses pointures du pays. Cette année, le comité fera venir des artistes de l’Afrique, dont ceux du Botswana. Citons Nnunu Ramogotsi, le diamant Africain, parmi tant d’autres. Cette meilleure artiste féminine de la région Afrique du Sud joue un style Afro Jazz très original. Elle fera sûrement vibrer le stade d’Ambivoanio de sa voix puissante.
Queen Favie, encore un groupe de la gent féminine, a fixé son choix sur une fusion et une variété de sonorité Hip Hop, Reggae, R’n’B’, Dance Hall, Dub, Afro, Rap… Queen Favie considère toutes les femmes comme des reines, et d’ailleurs ses chansons leurs sont souvent dédiées afin de donner du courage, et dénoncer les actes de violence que certaines subissent.
Côté malgache, le jeune Rajaoasalama Stéphanoelson Hervé dit Dady  Love, qui vient d’être sacré Artiste de l’année lors du «Mozika RDJ Awards», sera en tête d’affiche.

Une première
Les festivaliers nosybéens ne tiennent plus en place, et il sera encore transporté comme un roi, comme au  festival Sorogno d’Ambanja.
Il en est  de même pour Janga Ratah, ancien chanteur, danseur et accordéoniste du groupe folklorique Saramba, fondé et dirigé par Dina, l’épouse d’Eusèbe Jaojoby. Ces derniers temps, le groupe est attendu dans différentes festivités de la région Diana.  Cette fois, il montera sur la scène du  festival Donia avec un talent incroyable inspiré du « Maganja », un « vakodrazana » populaire de la tribu Antakarana chanté en version a capella accéléré, et mélangé à des sons d’accordéon et de battements de mains.
L’île Rodrigues sera de retour avec  l’album Vallen et Macken, sorti par le groupe Eko Rod en 2017, et qui sera présenté au festival Donia 2017. En 2016, il a réalisé un clip vidéo à Madagscar, « Nifanena tamin’ny salegy ».
Cette année, pour une première, Donia sera aussi accessible à toutes les personnes vivant avec un handicap. Une journée leur sera spécialement  dédiée. «  Être handicapé à Nosy Be n’est plus une fatalité, car les cas sociaux retiennent davantage notre attention, et celle du  Cofestin», explique Amida Moanassar Kaled, marraine de l’Association des Femmes et Enfants Handicapées de Nosy Be. Elle souligne que ce festival permettra de tirer profit des expériences des uns et des autres. Dans ce cas, Beriziky Bemamy, leader du groupe Fandrama, le célèbre prince du « salegy Goma », est  en train de composer une chanson qui leur est dédiée spécialement.
Celui qui a remplacé le regretté Docteur JB dans le cœur des Nosybéens, Fandrama, clôturera le Donia 2017 pour la énième fois.

Raheriniaina