Une faille est constatée au niveau académique. Les enseignants du primaire doivent être formés pour combler leurs faiblesses professionnelles.

«Les compétences des enseignants des classes  primaires stagnent au niveau primaire alors qu’ils doivent le dépasser jusqu’au niveau collège», affirme Harison Andriarinivo­manana, technicien de la direction générale de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation. C’était hier à Morondava, lors de la 8e réunion d’évaluation et de présentation de la mise en œuvre des actions menées dans le cadre du Programme d’appui aux services sociaux de base (Passoba-Éducation) financé par l’Union Européenne,.
Ce programme concerne neuf directions régionales, à savoir la Sava, l’Anosy, l’Analanjirofo, le Vakinan­karatra, le Betsiboka, l’Atsimo-Andrefana, l’Atsi­nanana, le Boeny et le Menabe.
La formation des enseignants entre dans ce programme. Un échantillonnage de six cent vingt neuf enseignants des classes primaires de l’année scolaire 2016-2017, a été choisi dans dix-huit circonscriptions scolaires, deux par région concernée, afin de mesurer leurs compétences.

Combler les faiblesses
Le ministère de l’Éducation nationale s’est toujours focalisé sur les connaissances pédagogiques, d’où une faille au niveau des connaissances académiques. Car même si les enseignants ont obtenu le diplôme du baccalauréat, ils n’ont pas les compétences requises pour enseigner.
« Il faut mesurer les compétences pour pouvoir les former afin de combler leurs faiblesses.  Quand on connaît celles-ci, s’ils ne sont pas compétents dans tel ou tel domaine, on les remercie pour ne pas investir trop de moyens financiers. Certes, il s’agit d’une action ciblée, mais on doit trouver également les problèmes globaux », ajoute-t-il. Ce programme vise enfin à améliorer la qualité de l’enseignement à Madagascar et surtout, à renforcer les capacités des jeunes enseignants et de ceux pris en charge par les parents d’élèves  ou Fram.

Mamisoa Antonia