L’incendie a fait rage à Morondava. Les locaux de la Société d’exploitation et d’exportation de produits halieutiques ont été la proie des flammes. 

Mise en flammes. La Société de pêcherie de Morondava (Sopemo), située à Anosikely, au port, a été réduite en cendres, hier matin, vers 9 h. Le matériel ainsi que l’ensemble des infrastructures de l’entreprise sont détruits à 98%, selon une évaluation provisoire des dégâts  après le constat. Les bureaux, la chambre froide ainsi que des produits en cours de traitement mais également prêts à être exportés  ont été mis à mal par les flammes.
L’origine du sinistre n’est pas encore déterminée.  L’incendie se serait déclaré suite à un court-circuit, à la lumière des informations recueillies auprès de la police chargée de l’affaire.
Les soldats du feu ont cherché à protéger les citernes et les dépôts de carburant de la Logistique pétrolière, à proximité de la Sopemo.
« Le vent nous a aidés en faisant dévier les flammes vers l’Ouest. Sinon, les dégâts auraient été effroyables », a indiqué un sapeur-pompier sur place.
Interrompu, l’examen des étudiants de l’Institut de formation technique, proche du lieu d’incendie, a dû être reporté. « Nous avons pris toutes les précautions possibles et nous nous sommes conformés aux indications de la police », a précisé au téléphone un responsable de cette Université privée.

Néfastes
Le panneau de distribution électrique a été mis hors tension. Après avoir bataillé contre l’embrasement, pendant près de trois heures, les sapeurs-pompiers de la commune urbaine de Morondava, appuyés par ceux en charge de l’aéroport, sont venus à bout des flammes. Le déblayage des ruines s’est toujours poursuivi dans l’après-midi. Aucun blessé n’est, toutefois, à déplorer. L’évaluation des dégâts se poursuit.
La Sopemo est la dernière société employant plus d’une centaine de personnes dans le Menabe, selon une source proche du directeur d’exploitation, Jean Luc Zacharie. Après l’incendie de la sucrerie Complant de Madagascar, (Sucoma) d’Analaiva, il y a trois ans hier jour pour jour, celui de la Sopemo a aggravé le chômage local.
« Cent cinquante personnes ont perdu leurs emplois. Ce sinistre laissera une conséquence néfaste dans le domaine socio-économique de la région », a soulevé le groupe d’opérateurs économiques locaux dans le secteur de la pêche.
De son côté, la police mène une investigation sur cet incendie, selon les explications du maire de Morondava, Frijof Kolo.

Andry Manase/Hajatiana Léonard