Une centaine de modèles, d’une élégance particulière et originale se déclinant autour du thème « Ala » ou forêt, composent les nouvelles collections de Sih Rakout. 

Pour la présentation de sa toute première collection, Sitraka Rakotoasimbola a pensé jusqu’aux petits détails. La décoration de la salle du restaurant La Villa à Toamasina, où s’est déroulée le « fashion show » dans la soirée du samedi 7 octobre, a pris une note particulière ; celle de l’écologie, de la flore et celle de « Hearth song » de Michaël Jackson interprétée par Quatuor Squad pour accueillir le premier modèle de la collection été 2018 de la maison Sih Rakout.
Les couleurs sont chaudes, les matières confortables et les coupes bien maîtrisées allient élégance, séduction et distinction. Les cinquante-sept modèles apparaissent une à une évoquant une créativité et une parfait mariage de couleurs. Du vert, du beige, du jaune moutarde, du marron, du bleu profond. Ses couleurs se rapprochent de celles de la forêt en général suivant les saisons de l’année. Robes et top en bretelles, pantalons légers, jupes et ensembles épousent parfaitement la silhouette de celles qui la portent et les distinguent par une élégance intemporelle.
Le temps d’un slam bien calibré, les collections hiver 2018 de la marque se conjuguent dans le même esprit avec des matières premières « vita malagasy » qui réchauffent telles que la soie sauvage et le coton et les matières naturelles. Les manteaux, les vestes et les robes arborent un style particulier rendant ainsi les femmes irrésistibles  et  pleines de grâce.

Premier amour
Le fameux « lamba» malgache est décliné ingénieusement pour donner une touche originale. Les quarante- et-un modèles  ont chacun sa particularité, un petit détail accrocheur. A préciser que les chaussures figurent parmi ces collections.  Baptisées « Ala » ou forêt, les collections été et hiver 2018 de la griffe Sih Rakout ont de quoi plaire aux femmes. Une quinzaine de modèles ont été exposés dans la salle. Ceux qu’elle pense ne pas figurer dans le thè e mais qui sont aussi intéressants dans l’ensemble.
Ses collections s’adressent aux femmes qui veulent se distinguer avec classe. « Je remercie vivement ceux qui ont répondu à mon invitation à découvrir mes premières collections. Cette-fois pour Ala, je me suis inspirée des maux de mon pays comme la dilapidation des richesses naturelles,  la destruction de notre forêt. C’est à la fois une sonnette d’alarme que je tire pour attirer l’attention sur cette situation critique que notre environnement est en train de subir. Et je pense que les femmes ont leur rôle à jouer pour remédier à tout cela », a-t-elle résumé à la fin de la soirée. Quelques slams de Caylah en live ont servi de générique du début, d’entre-acte et de  fin lors du défilé.
Fille d’une couturière et d’un bricoleur-né, Sitraka Rakotoasimbola a  quitté son travail dans une société minière en 2014 pour se consacrer à son premier amour : la couture. Passionnée de dessin et de peinture, elle a tout appris sur le tas concernant la couture et le stylisme. «J’ai pris des années pour mettre en place ces premières collections. Entre les croquis, l’achat des tissus, la réalisation de chaque modèle, j’étais toujours animée par l’histoire de mon pays depuis son indépendance en 1960. C’est la raison pour laquelle on retrouve le style de cette année-là dans ces premières collections que je dédie d’ailleurs à ma nation », a-t-elle avoué avec beaucoup d’émotion. Sih Rakout a sorti ses griffes et compte faire du prêt-à-porter haut de gamme. Une mode politiquement correcte à dimension sociale.

Ricky Ramanan