Il ne suffit pas d’avoir une bonne idée. La motivation derrière l’innovation est tout aussi indispensable en matière d’entrepreneuriat, selon Maya Razafindrakoto, fondateur d’Optimus Mada­gascar, une agence événementielle. Ce jeune entrepreneur a tenu ce discours lors du rendez-vous bihebdomadaire organisé par le groupe BiMi Talk au Youth Civic Center Analakely. Un événement organisé par des jeunes pour des jeunes afin de motiver les concernés par rapport à l’esprit et l’attitude que ces derniers doivent adopter dans leur quotidien tant personnel que professionnel et surtout entrepreneurial. Selon l’intervenant, le dicton « les jeunes sont l’avenir de la nation » ne doit pas s’appliquer au contexte malgache. Avec une population jeune à plus de 75%, « les jeunes sont plutôt le présent de la nation », explique-t-il.

Impacts
À partir de ce constat, l’intervenant ainsi que l’assistance a pu débattre sur les réels impacts du changement d’attitude des jeunes par rapport au développement du pays. Il en a résulté que le manque de motivation, l’aptitude à tisser les relationnels adéquats ainsi que le sens de la priorité font partie des principaux facteurs qui font que beaucoup de jeunes entrepreneurs malgaches peinent à sortir du lot. « À Mada­gascar, ceux qui réussissent sont toujours pointés du doigt, raison pour laquelle, ces derniers ne sont plus motivés à partager leurs expériences, accessoirement leurs succès avec les jeunes qui débutent en matière entrepreneuriat », lancent les personnes dans l’assistance. Un constat appuyé par le fondateur d’Optimus qui a conclu la séance de partage en expliquant que « Madagascar a cruellement besoin d’images de référence en matière de réussite personnelle et professionnelle ».

Harilalaina Rakotobe