Les différentes couleurs nutritives doivent figurer dans les aliments des femmes enceintes ou allaitantes et des petits enfants. C’est la grande sensibilisation menée hier dans le Boeny. 

Réduire le taux de malnutrition chronique de 47% à 33% à Madagascar en quatre ans, c’est le défi du pays jusqu’en 2020 selon le Plan national d’action de nutrition ou PNAN 3. Et c’est dans cette optique que l’Office national de nutrition (ONN) a organisé une Journée de sensibilisation sur la lutte contre la malnutrition hier, devant l’hôtel de ville de Mahajanga.
Des concours de cuisine ont été initiés par la région Boeny avec les différentes associations qui ont participé à la sensibilisation. De même, une distribution d’aliments riches en vitamines, variés mais simples, ont été distribués à des enfants de moins de 2 ans et des mères allaitantes.

Mal chronique
« Les mille premiers jours des enfants, soit jusqu’à l’âge de 2 ans, sont les plus importants et ne doivent pas être négligés en matière de nutrition et alimentation. De leur côté, les femmes enceintes ou allaitantes sont aussi concernées. Les différentes couleurs nutritives doivent figurer dans leur nourriture », explique le coordonnateur régional de l’ONN de Boeny, Nasolohanitra Raobison.
Le taux de malnutrition chronique se situe entre 6 et 14% à Mahajanga, pour les enfants de moins de 5 ans. Dans la région Boeny, 13% des bébés sont atteints d’insuffisance de poids et pèsent à peine 2,5kg à leur naissance. Sur le taux de 47% de malnutrition chronique, la moitié des enfants de moins de 5 ans sont atteints d’un retard de croissance.
«Le défi de Madagascar est de réduire jusqu’à 33% le taux de malnutrition chronique car le développement économique et social dépend de cette évolution. Nous encourageons tout le monde à transformer ce qu’il a entre les mains et appliquer la stratégie. »
L’objectif de l’ONN est surtout de redynamiser bientôt le projet Secaline à Mahajanga, si auparavant on a recensé 174 centres.

Vero Andrianarisoa