La situation est loin d’être assainie à l’université de Mahajanga. Après un groupe d’étudiants qui ont réclamé la reprise des cours à l’université de Mahajanga, mardi, et annoncé que les revendications sont satisfaites à 90%, un autre son de cloche se fait entendre.
Hier, des centaines d’étudiants ont, de nouveau, manifesté devant l’entrée du campus. Ils ont brûlé des pneus et renforcé le barrage avec des ronces de branches sèches et des pierres. Pourtant, la veille, l’accès était libre pour l’opération de désinfection des salles de cours et des dortoirs, dans le cadre de la prévention de la peste. Un affrontement est à craindre à la suite de la scission entre les étudiants eux-mêmes.
Les grévistes ont déroulé une banderole réclamant le départ d’un enseignant-chercheur du GPM, et la présentation d’un document attestant que les étudiants ne seront pas chassés des logements universitaires.  «Nous sommes contre la déclaration de cette minorité qui affirme que nos exigences sont satisfaites. Aucune entente n’a été trouvée. Et nous n’arrêterons pas la grève tant que le calendrier du paiement des bourses n’est pas affiché», prévient leur porte-parole.
Ce jour, une assemblée générale de tous les étudiants se tiendra, dès 7 heures, au grand amphi à Ambondrona.

Vero Andrianarisoa