L’entretien général des rues remonte à longtemps dans la cité des Fleurs. Seuls des travaux pointes à temps sont apportés à la majorité des chaussées.

Le paysage architectural de Mahajanga en pleine évolution. D’anciennes maisons ont été réhabilitées, ou mieux de nouveaux bâtiments sont construits. Mais ce changement contraste avec l’état des rues qui longent ces belles bâtisses. Comme c’est le cas à la Corniche, devant l’ancien hôtel La Piscine.
Un grand changement est constaté avec la réhabilitation de l’établissement et plus haut, la présence de quelques beaux immeubles. Mais l’état de la chaussée ne s’adapte pas à ces nouvelles constructions. Le propriétaire du nouvel hôtel devrait réparer cette portion afin de donner un meilleur aspect au paysage.
À Mahajanga-be, des privés ont procédé au bitumage d’une portion de rue de 70m, à partir d’une quincaillerie jusqu’au carrefour près d’une banque. Toujours sur le même axe, mais à partir du croisement près d’une librairie jusqu’en face d’une grande surface, une portion a aussi été restaurée.
L’Autorité routière de Madagascar a réparé 7km de la route nationale à l’intérieur de la ville, il y a une quinzaine de jours. Le tronçon va de la plaque rouge à Antaimalandy au grand baobab de Mahajanga-be, au bord de la mer.
Les artères de la cité des Fleurs sont en très mauvais état. Notamment autour de la zone commerciale de Mahajanga-be, comme au carrefour près du bazar-be et autour de ces bâtiments commerciaux.
Dans le budget communal adopté, il y a quelques mois,  il est prévu de réparer une partie de la rue qui relie le fokontany de Mahabibokely à Morafeno jusqu’à la nouvelle route à Ambalavola.

Vero Andrianarisoa