Le délestage perdure dans la Cité des Fleurs. La cause serait l’approvisionnement chaotique en carburant des centrales fournisseurs d’électricité.

Les séries de délestage ne cessent de se répéter à Mahajanga, depuis la fin de l’année et en ce début de la nouvelle année 2017. Ainsi, 85% des Majungais étaient privés d’électricité dans la nuit de samedi à dimanche.
Pire encore, plusieurs quartiers dont La Corniche, Antsahavaky, Tsaramandroso ambony et ambany, Maha­voky atsimo, Antanimalandy et Tsararano (ambony, ambany, Anosikely), ont passé la journée du dimanche sans courant électrique. Pour certains, la coupure a eu lieu vers 1h du matin jusqu’à midi. D’autres ont subi une coupure d’énergie électrique vers 11h 45 dimanche matin jusqu’à 18 h.
Hier soir, le délestage est intervenu à deux reprises entre minuit jusqu’à 5h du matin. De plus, l’orage s’est abattu sur la ville dès minuit. L’obscurité favorise l’insécurité à Mahajanga. Plusieurs ruelles de quartiers sont plongées dans le noir, faute d‘éclairages publics.
Certainement, le retard de l’accord de validation du bon d’achat de carburant venant de la capitale a été, une fois encore, la raison de ce délestage récurrent qui nuit à la vie de la population. La chaleur est insupportable dans la journée tout comme pendant la nuit, quand la pluie ne tombe pas.

Noir total
« Dimanche, toutes nos provisions ont pourri dans le congélateur à cause de la coupure du courant », a déclaré un cadre d’une société privée habitant à La Corniche.
« Nous n’osions pas sortir pour acheter des médicaments à la pharmacie, car il faisait trop sombre. Pourtant, notre mère était malade », a déploré un habitant d’Ambalanomby.
Plusieurs ampoules électriques des poteaux de la Jirama sont cassées ou brûlées, en particulier à Tsaramandroso ambony, près du collège Saint-Gabriel ou encore sur l’avenue de la Libération à Mangarivotra, vers le stade de football. Les rues à Mahabibokely et Morafeno sont également plongés dans le noir, dès la nuit tombée.

Vero Andrianarisoa