Double saisie de produits  forestiers sur la RN 4. Quarante planches de palissandre ainsi qu’une tonne et demie de fibres de raphia, ont été interceptés par les éléments de la Brigade de police routière (BSR) de la gendarmerie nationale à Maevatanàna. La BSR Maevatanàna indique qu’aucune autorisation n’est, jusqu’à nouvel ordre, délivrée pour l’exploitation et le transport de bois précieux comme le palissandre. Pour la marchandise saisie, il n’y avait de surcroît ni facture ni document permettant de tracer l’origine. Pour le raphia, la saison d’exploitation est fermée depuis le 1er novembre et ne reprendra qu’au deuxième semestre. Son transport est, de surcroît, interdit la nuit.
Les planches en question sont tombées dans les mailles des filets tendus par les hommes du BSR dans la nuit de vendredi à samedi vers 23 heures. Elles ont été découvertes lorsque le taxi-brousse qui les transportait a été fouillé au niveau d’un point de contrôle routier à la hauteur de Maevatanàna.
En inspectant le dessous d’une bâche couvrant les bagages des passagers, les gendarmes ont mis la main sur des planches de palissandre, trônant sur le toit de la Mercedes Sprinter.

Fourrière
Après cette trouvaille, les gendarmes ont poursuivi leur recherche dans la soute à bagages, c’est alors qu’ils ont trouvé les planches restantes. Le propriétaire du bois précieux intercepté n’était pas à bord. D’après la gendarmerie, le palissandre aurait été chargé à la gare-routière  de Mahajanga et le destinataire devait ensuite le récupérer au stationnement d’Ambodivona avant que le trafic ne tourne court.
Les balles de raphia ont été, en revanche, interceptées tôt hier matin dans un barrage à Ambalanjana­komby, situé à une soixantaine de kilomètres du chef lieu de district de Maeva­tanàna.
Elles ont  été découvertes dans la remorque d’un camion. Une fois de plus, le propriétaire n’accompagnait pas la marchandise mais quelqu’un devait la récupérer à l’arrivée.
Après ce coup de filet, la Mercedes ainsi que le camion ont été mis en fourrière. Les produits forestiers saisis ont été, en revanche, laissés aux bons soins de la direction régionale de l’Environnement forêt de Betsiboka.

Andry Manase