10 janvier. C’est la date fixée par le secteur privé et l’État pour effectuer l’assainissement national dans le cadre de la lutte contre la peste, sur le territoire national. Les deux parties se sont réunies au ministère de la Santé publique, lundi, pour une séance d’information sur cet assainissement national. Au départ, cette activité de prévention a été prévue à la date du 20 décembre, mais elle n’aurait pas convenu au secteur privé. Cette nouvelle date a été communiquée officiellement lors du conseil du gouvernement au palais de l’État à Mahazoarivo, hier.
Tout le monde  participera à cette activité, les employés du secteur privé, les fonctionnaires, les élèves, les habitants de tous les fokontany des vingt-deux régions. « Le matin du 10 janvier, tout le monde rejoindra son poste de travail, pour discuter de la pérennisation de cette action d’assainissement. On procèdera ensuite à l’assainissement de leur lieu de travail respectif. L’après-midi sera consacré à l’assainissement des lieux d’habitation et des coins et recoins des fokontany », explique le Dr Joséa Ratsi­rarson, secrétaire général du ministère de la Santé publique.
Ce n’est qu’un début. L’État compte pérenniser cette initiative, pour éviter que l’épidémie de peste urbaine, ayant fait plus de deux cents morts, ne se reproduise. La saison de la peste ne s’achève qu’en avril pour reprendre dès le mois d’août 2018. « Une journée chômée et payée se tiendra annuellement, durant la saison pesteuse, c’est-à-dire, entre le mois d’août et le mois d’avril », explique une source.
Cette source précise que si nous voulons éliminer la peste, nous devrons opter pour une lutte vectorielle. Les puces et les rats, vecteurs de la bactérie, doivent être éliminés, les feux de brousse devront cesser. L’élimination de cette
maladie est certes difficile, mais sera possible si chacun prend sa part de responsabilité, a priori l’État, dans la sanction des auteurs des feux de brousse.

M.R.