Vingt jours avant l’arrêtage provisoire de la liste électorale, le nombre de citoyens, qui viennent à la rencontre de leur chef Fokontany pour vérifier ou inscrire leur nom sur la liste électorale, n’est pas encore satisfaisant. En marge d’une réunion de travail avec les chefs Fokontany hier au sein de l’École Nationale d’Admi­nistration Madagascar, le président de la Commission Électorale Naionale Indépendante (CENI), maître Hery Rakotomanana, a demandé la collaboration des acteurs concernés dans la sensibilasation citoyenne pour la révision de la liste électorale. « Je demande la contribution et le sérieux de tout un chacun dans le but de maintenir la transparence dans tout ce que nous entretenons », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec la presse.
C’est une manière d’inciter les partis politiques et la société civile, qui constituent nottament le Comité local de recensement des électeurs (CLRE), à se mobiliser en sensibilisant les électeurs à s’inscrire et vérifier leur nom sur la liste électorale. Selon Hery Rakoto­manana, ils ont un rôle important à jouer auprès de la population. « Ils doivent se mobiliser auprès des Fokontany pour suivre le déroulement de la révision de la liste électorale », a-t-il soutenu. Pourtant, on trouve rarement des mem­bres de partis politiques ou de la société civile dans les quartiers pour sensibiliser la population à consulter la liste électorale. Et ce manque de dynamisme des partis politiques et de la société civile donne un coup dur à la CENI pour qu’elle puisse satisfaire son désir d’atteindre le mil­lion d’inscrits à la liste électorale. Lors de cette réunion de travail, il a été rapporté que le nombre d’électeurs à Antananarivo est de 718.656 inscrits, soit une augmentation de 4.81 % par rapport à l’année dernière. Il a également été souligné que la liste dans laquelle les électeurs vérifient et inscrivent leur nom est celle arrêtée en avril 2017.

Loïc Raveloson