Fair play. La réunion entre les leaders de l’opposition, dont le chef de file est Alain Andriamiseza, et les partis réclamant les îles éparses prévue pour le 10 août n’a finalement pas eu lieu. Joint au téléphone hier, Alain Andriamiseza a déclaré qu’il préfère laisser les autres bien satisfaits de ce qu’ils font avant de se relancer dans la lutte. « Cette date a été maintenue jusqu’à ce que le DFP annonce la date pour sa conférence débat », a-t-il affirmé.
D’après lui, il faut faire preuve de tolérance pour éviter d’éventuelles polémiques. Selon lui, « nous démontrons de la sagesse en agissant ainsi, car la sagesse est l’un des éléments les plus importants à exploiter, compte tenu de la situation actuelle du pays ». Après la réunion des partis politiques au Live Hotel à Andavamamba au mois de juin, le « Dinika ho Fanavotam-Pirenena », par l’intermédiaire de Tolojana­hary Maharavo, a déclaré ne pas assister aux prochains meetings organisés par Alain Andriamiseza. Cela a nourrit une rumeur selon laquelle les deux hommes sont en conflit. Par téléphone, la rumeur a été démentie par les deux hommes politiques.
D’une part, Tolojanahary Maharavo affirme que malgré les différences dans les manières d’opérer dans l’opposition, ils restent en bons termes. D’autre part, Alain Andriamiseza affirme que le DFP est libre de faire comme bon lui semble car au final, « l’objectif principal est de s’opposer au gouvernement ». « Dans le cas où nous avions maintenu notre programme, cela aurait pu nourrir des ragots. Et connaissant la presse, des titres comme “la guerre entre un tel et un tel a éclaté” aurait pu orner les kiosques à journaux », a-t-il soutenu.

Loïc Raveloson