Fin du cauchemar  pour John Razaly. Au bout d’une captivité ayant duré vingt-deux jours, ce jeune cadre français d’origine indienne a retrouvé les siens, sain et sauf, hier en début de soirée. Les informations autour des circonstances de sa libération sont encore néanmoins insuffisantes.
Le versement d’une forte rançon est signalé mais le montant n’est pas indiqué.
Âgé de vingt-cinq ans, John Razaly travaillait depuis près d’un an pour la société Ucodis à Tsaralalàna avant qu’il ne se fasse enlever. Le
20 décembre, en fin d’après-midi, il allait regagner son foyer lorsqu’il est tombé dans un guet-apens tendu par une escouade de ravisseurs lourdement armés.
Les bandits avaient utilisé une Peugeot 405. Les témoins oculaires du kidnapping ont réussi à noter le numéro d’immatriculation  du véhicule mais après vérification par les enquêteurs de la cellule mixte d’enquête, il s’est avéré que la plaque etait fausse. Ils sont du coup tombés sur un os.
La vie s’est arrêtée pendant trois semaines pour John Razaly lorsqu’il est tombé dans les griffes des ravisseurs. Le jeune homme allait s’envoler pour la France pour se fiancer et passer les fêtes de fin d’année en famille lorsqu’il s’est fait enlever la veille.

A.M.