Les séries de kidnapping ont été discutées en conseil du gouvernement. Le manque de collaboration des familles des victimes freine les efforts dans les enquêtes.

Pointés du doigt. Un changement d’attitude s’impose. Les familles des victimes de rapt refusent de collaborer avec les forces de l’ordre. C’est le constat émis par le ministre de la Défense nationale, Béni Xavier Rasolofonirina, hier, à Mahazoarivo.
Lors d’un conseil du gouver­nement dirigé par Benjamina Ramanantsoa Ramarcel, intérim du Premier ministre, un temps a été accordé pour discuter de la recrudescence des rapts envers la communauté indienne. D’après le compte rendu partagé, l’intérim du Premier ministre a invité les ministères en charge de la sécurité publique à établir le point de la situation.
D’une manière générale, des efforts ont été fournis, des pas sont franchis mais la collaboration des familles des victimes constitue un frein majeur dans la lutte contre le kidnapping. Ainsi, concernant le ressortissant indien d’origine française Akyl Cassam Chenai, enlevé à Toamasina, le ministre de la Sécurité publique Jean Jacques Andrianisa a affirmé que des renforts ont déjà été envoyés sur place pour prêter main forte aux enquêteurs locaux. De ce fait, des perquisitions ont déjà été opérées et les recherches ainsi que les investigations nécessaires suivent actuellement leur cours. Les premiers résultats sont encore gardés secrets dans le dessein d’honorer le principe attenant au secret de l’instruction.
Signé en octobre 2017, un accord de partenariat entre le ministère de la Sécurité publique, le secrétariat d’État chargé de la gendarmerie nationale, l’autorité de régulation des technologies de la communication (ARTEC) et le ministère de la Justice a mis en place une cellule anti-kidnapping aujourd’hui opérationnelle.

Accès facile
Sous la houlette du ministère de la Justice, elle vise à faciliter l’accès aux informations relatives aux propriétaires des téléphones mobiles. La Garde des sceaux soutient que deux hauts magistrats du Parquet d’Antana­narivo pilotent cette cellule en collaboration avec des policiers et des gendarmes».
La vie de leurs proches en jeu, les familles refusent toute collaboration avec les forces de l’ordre. Forts de cet avantage, les ravisseurs agissent à leur aise. « La collaboration reste, sans conteste, primordiale et revêt une importance capitale pour les enquêtes menées par les responsables concernés », affirme le ministre de la Défense nationale. Une situation qui interpelle le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka qui a rendu compte de sa rencontre avec les responsables de la Communauté française d’origine indienne à Madagascar (CFOIM). Ainsi, il a rappelé à ces derniers que, dans le traitement de ces crimes, tout un chacun doit absolument observer les lois en vigueur dans le pays.
Tout comme les familles des kidnappés devraient mettre en avant leur statut de victimes et non point leur origine française.
Limité dans ses actions à cause de la discrétion des familles des victimes, le conseil de gouvernement a sommé les trois ministères impliqués de près à ce sujet brûlant à rencontrer des représentants des communautés indiennes de la capitale. Règlement de compte, acte de déstabilisation, source de revenus rapide, symbole de l’insécurité à Madagascar, le kidnapping est une épine qui s’accroche dans les pieds de tous les régimes qui se sont succédé.

Andry Rialintsalama