Une brève rencontre entre les membres du Syndicat des magistrats de Madagascar et le Premier ministre a eu lieu hier à Mahazoarivo.

Dialogue. Un terrain d’entente est en passe d’être trouvé, au quatrième jour de la grève du Syndicat des magistrats de Madagascar. Les membres du bureau du SMM ont rencontré, hier en fin de matinée, le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly. À l’issue d’une discussion de près d’une heure et demie, le vice-président du syndicat, Clément Jaona a déclaré devant la presse que « Le Premier ministre a pris acte de nos revendications. Il s’est engagé à notifier tous les ministères pour respecter l’indépendance de la Justice ». En marge de la célébration de la fête nationale française à Analamahitsy, le Premier ministre a donné son avis sur cette rencontre. « J’ai demandé la mise en place d’une commission tripartite composée du ministère de la Justice, des représentants du syndicat  et de la Primature pour étudier la faisabilité des revendications du SMM ».
Depuis mardi, les magistrats ont décidé « d’observer une suspension de leurs activités pour une période déterminée ». Le SMM exige entre autres l’indépendance de la Justice dont l’absence de pression sur les magistrats, la non utilisation de l’appareil judiciaire pour des
motifs personnels ou politiques. La rencontre d’hier enclenche donc le dialogue souhaité par le SMM dans son communiqué, annonçant huit jours de grève datant du 10 juillet, ainsi qu’un apaisement dans « cette situation délétère ».
« J’ai demandé à ce que l’on cesse les polémiques et les provocations à travers les médias. Il ne faut pas perdre de vue l’intérêt supérieur de la nation », a martelé le Premier ministre devant la presse.

Vers une issue
Lors de cette rencontre à Mahazoarivo, les mem­bres du bureau du SMM ont affirmé avoir transmis au chef du gouvernement
l’intégralité de leurs revendications. Au-delà des questions de principe, ils ont également demandé l’ajustement des indemnités et des avantages des magistrats.
« Les besoins sont immenses, mais les ressources sont limitées. Il faut travailler ensemble pour augmenter les ressources, afin que les différents catégories et corps de métiers puissent avoir leur part », a répondu le Premier ministre sur ce point.
Prudents, les membres du bureau du Smm se sont gardés de donner leur avis sur la rencontre. Ils se sont contentés de livrer les versions du Premier ministre. Ils ne se sont pas exprimés sur les propositions de mettre en place une commission tripartite qui aboutira à un engagement tripartite, selon Solonandrasana Olivier Mahafaly. « J’ai demandé au SMM de décider d’arrêter la grève à l’issue de la prochaine assemblée générale, pour que la population ne soit pas prise en otage », a-t-il poursuivi.
Dans l’attente d’une issue à ce début de dialogue, le SMM entend poursuivre la grève jusqu’à lundi. « Il [le Premier ministre] a compris que ce ne sont pas les mem­bres du bureau qui décident la cessation de la grève, mais l’assemblée générale. Nous allons nous réunir lundi pour en décider », a conclu Clément Jaona, vice-président du Smm à l’issue de cette rencontre.

Andry Rialintsalama