Reporté. Le jugement d’une requête pour opposition formulée par Ralitera Andria­nandraina ainsi que deux autres personnes, n’a pas eu lieu ce jour, pour cause de disparition de dossier.
Par le truchement d’un huissier de justice, leur banquier leur a annoncé la notification de saisie-arrêt de compte pour indemniser les victimes des affaires du 7 février 2009. « On les a inculpés de meurtre ou d’assassinat dans l’affaire du 7 février 2009. Cependant, la charge prononcée à leur encontre a été disqualifiée et a été muée en usurpation de fonction. Ainsi, ils ne sont pas concernés par la saisie-arrêt de compte, afin d’indemniser les victimes de cet évènement douloureux à titre de dommage solidaire », explique maître Hanitra Razafimanantsoa.
Dans cette optique, Ralitera Andrianandraina et les deux autres personnes ont saisi la Cour d’appel pour s’opposer à cette notification de saisie-arrêt. Le jugement aurait dû se tenir hier, mais cela a été reporté au 11 décembre pour cause de disparition des dossiers. En sourdine depuis sept années, l’affaire ressurgit avec une succession d’évènements.

Suite impossible
Des précisions font en effet défaut, concernant la date de l’infraction. Un journal en ligne a annoncé dans la soirée du dimanche que les dossiers ont disparu pendant la journée du samedi.
Le greffier en chef de la Cour d’appel stipule que les faits se sont produits ven­dredi, d’où la perquisition au domicile de Ralitera.
Les polémiques et les spéculations se sont atténuées, suite à l’interview du greffier en chef de la Cour d’appel d’Antananarivo. Dans ses propos, Aimée Raholiha­sindrahona a expliqué à quelques journalistes qu’il n’y a pas eu de cambriolage. Un individu se présentant comme avocat sta­giai­re a demandé une copie des arrêts datant de 2010. Alors que l’agent en charge de son accueil s’est levé pour traiter l’expédition de sa demande, l’individu s’est volatilisé avec le volume de recueil d’arrêts de la Cour criminelle contenant une centaine de dossiers.
L’audience de l’affaire du 7 février 2009 s’est tenue au mois d’août 2010. Le verdict est tombé le 28 août 2010, condamnant ainsi Marc Ravalomanana et deux au­tres officiers à purger une peine de travaux forcés par contumace.
Ralitera Andrianandraina, suite à la disqualification de la charge qui lui a été reprochée, écope de deux ans avec sursis. Étrangement, le volume des arrêts qui a disparu couvre effectivement la période de juillet – août – septembre 2010. Toutefois, les responsables affirment ne pas être en mesure de lister avec précision le contenu du dossier subtilisé.
Par ailleurs, l’ordinateur stockant la version numérique aurait été formaté en 2010, suite à un problème.
Les deux individus placés en garde-à-vue sont encore sous la surveillance de la brigade criminelle.

Andry Rialintsalama