Le plan de redressement de la Jirama bientôt mis en œuvre. Celui-ci prévoit une hausse graduelle du tarif d’électricité pour atteindre l’équilibre opérationnel en 2020. À partir du 1er janvier 2018, un nouveau plan tarifaire sera appliqué à tous
les abonnés de la société d’État, avec, notamment, une hausse moyenne de 10% du tarif d’électricité. Les entreprises et industriels sont les plus touchés par cette nouvelle mesure. Les particuliers, quant à eux, seront épargnés.
D’après Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, les couches sociales consommant moins de 25 kilowatts par mois ne sont pas concernées. « La Jirama et l’État arrivent à maintenir leur prix à 141 ariary le kilowatt heure pour plus de 50% de ses clients », a souligné le membre du gouvernement. Celui-ci tente de rassurer les clients particuliers qui semblent inquiets devant l’envol de l’inflation.
Ce seront les entreprises et industriels qui paieront le lourd tribut dans cette révision tarifaire. D’après une source proche de ce dossier, la facture des clients haute tension (HT) et moyenne tension (MT) connaîtra une hausse moyenne globale de l’ordre de 8,5%. Dans le domaine de la fourniture de l’énergie, les clients qui souscrivent à ces niveaux de tension de fourniture électrique sont principalement des entreprises et industriels.
La révision des tarifs entrent dans le cadre de la politique de redressement de la société. Elle fait aussi suite aux engagements pris par le gouvernement dans le cadre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) avec le Fonds monétaire international (FMI). Dans ce sens, le gouvernement s’engage à réduire progressivement les subventions allouées à cette compagnie de distribution d’eau et d’électricité. Pour l’année 2018, cette enveloppe d’aide est de 209 milliards ariary contre 450 milliards ariary en 2017.
De son côté, la Jirama devait réduire les coûts et d’accroître les recettes, notamment, par des relèvements graduels des tarifs, si nécessaire, pour assurer un recouvrement total des coûts opérationnels. L’objectif est d’atteindre l’équilibre opérationnel en 2020, et de ne plus être dépendant de la subvention de l’État.
Pour sortir sa tête hors de l’eau, la révision de tarif est incontournable pour la Jirama qui jusqu’ici vend toujours à perte. La dernière révision des tarifs d’électricité date du mois de juillet. La Jirama avait relevé une hausse moyenne de 7,5% sur l’ensemble de ses abonnés.

Lova Rafidiarisoa