Ce pianiste de jazz d’exception et mélomane émérite aurait su inspirer toute une génération de jazzmen. Jeanot Rabeson quitte définitivement la scène pour un monde meilleur. 

Le monde du jazz est en deuil, désormais orphelin de l’un de ses plus talentueux artistes. Une figure incontournable de la scène musicale, aussi bien nationale qu’internationale, doué d’un amour inné pour la musique, Jean Bernard Rabeson, plus connu sous son nom d’artiste Jeanot Rabeson n’est plus. Âgé de 82 ans, il s’est éteint hier matin à La Réunion après y avoir été hospitalisé, ce week-end.
Jeanot Rabeson aura longtemps fait rêver les mélomanes qui croisaient son chemin et qui ont pu jouir de son talent sur scène. Patient et passionné à la fois, c’était un pianiste soliste et chef d’orchestre tout aussi généreux. Se plaisant continuellement à partager son amour intemporel pour le jazz, notamment auprès de la jeune génération, il a su s’affirmer dans le milieu à travers sa modestie et un talent exceptionnel, dès son plus jeune âge.
C’est donc dans la plus grande des tristesses que la nouvelle de sa disparition a été accueillie autant par les férus de jazz que par ses pairs, hier. Jeanot Rabeson retrouve ainsi ces icônes du jazz comme les pianistes Bill Evans et Oscar Peterson qui l’ont, certes, inspiré, mais qui sont, désormais, devenus ses égaux. Véritable pilier du jazz malgache, il laisse un grand vide dans le cœur de ses inconditionnels.
Virtuose précoce du piano, Jeanot Rabeson s’est, pour la première fois, découvert à son auditoire dans le cadre de l’émission radiophonique « Demi-heure des Amateurs » dans la ville des Mille, du temps de l’Auditorium à Ankorondrano. De là débute une carrière qui ne cessera de s’épanouir durant plus de soixante-dix ans de musique.

« Un pianiste estimé »
Un parcours artistique qui s’est surtout garni de rencontres prestigieuses, lui procurant un profond respect de la part de ses pairs ainsi qu’une admiration intarissable de la part de la jeune génération. Ami et proche de Jeanot Rabeson, l’acteur et auteur Gégé Rasamoely confie « J’ai été très triste d’apprendre sa disparition. Il était un pianiste unique en son genre et cher à mon cœur. Jeanot Rabeson a marqué de sa patte le jazz en arborant fièrement l’étendard de la Grande île partout où il a joué, de part et d’autre du globe ».
Continuellement en tête d’affiche des plus grands festivals de jazz, notamment le Madajazzcar et les Festivals de Bayonne, il délectait le public de sa présence et de son aura. Il fut surtout le premier Malgache à s’être mis en scène au « Festival de Jazz d’Antibes-Juan-les-Pins » dans les années 60. Il affichait une musique où le jazz et le blues se conjuguaient au style New Orléans qu’il maitrisait d’une main de maître. « Son talent lui a valu des collaborations prestigieuses et exceptionnelles, puisqu’il a, entre autres, été le pianiste du groupe Les Surfs à son apogée », ajoute Gégé Rasamoely.
Illustre patriarche du jazz malgache, Jeanot Rabeson était également le patriarche émérite d’une grande famille d’artistes à la musicalité remarquable. Sa passion pour la musique, il a su la partager, de la plus belle des manières avec sa famille, à commencer par sa femme, une chanteuse à la voix tout aussi renommée, Lalao Rabeson, avec qui il aura longtemps parcouru les scènes nationales et internationales. Son fils Tony Rabeson joue de la batterie et Ella Rabeson excelle dans la chanson, tous deux ayant suivi ses traces en devenant des artistes d’envergure internationale. La famille de Jeanot Rabeson, depuis l’annonce de sa disparition, hier, n’a pour le moment, pas encore fait la moindre déclaration.
Ceci-dit, le milieu artistique et notamment celui du jazz a été constamment en émoi, hier. Le pianiste canadien résident à Madagascar Thuryn Mitchell affirme « C’est un très grand musicien qui nous a quittés, reposez en paix Jeanot Rabeson ». Le roi du Salegy, Jaojoby Eusèbe raconte « J’ai eu le privilège de partager la scène avec lui et Solo Andrianasolo une fois au Jao’s Pub. Ce moment m’a beaucoup ravi. Mes sincères condoléances à sa famille ». Fanja Andriamanantena, illustre auteure et compositrice
d’ajouter « C’est une grande perte pour le jazz et la musique malgache en général, je l’avais toujours considéré comme un des pionniers du genre à Madagascar. J’écoutais avec admiration ce grand pianiste. Je respecte le fait qu’il n’avait jamais eu la tentation d’aller vers la facilité. Il va nous manquer ». Une étoile de plus qui brillera au firmament, le maestro Jeanot Rabeson laisse en héritage son amour éternel pour la musique.

Andry Patrick Rakotondrazaka