Le président du parti HVM quitte le gouvernement pour siéger au Sénat. Il y est nommé en remplacement d’Ahmad, devenu président de la CAF.

Plan B. Il est 11 heures, lorsque la presse est invitée à venir prestement au palais d’État d’Iavoloha. Le général Roger Ralala, secrétaire général de la présidence de la Répu­blique, fera une déclaration, selon la note d’information.
À Iavoloha, l’officier général a lu un décret révoquant Rivo Rakotovao, du ministère auprès de la présidence chargé de l’Agri­culture et de l’Élevage.
À ce poste est nommé Harison Edmond Randriari­manana. Un autre décret lu par le secrétaire général de la présidence de la Répu­blique, hier, nomme Rivo Rakotovao, sénateur. Au titre du quota présidentiel au Sénat, le président national du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM), siègera à la Chambre haute, en remplacement d’Ahmad. Ancien vice-président du Sénat, l’actuel président de la Confédération africaine de football (CAF), a démissionné de l’institution d’Anosy, pour cause d’incompatibilité de fonction.
« C’est comme pour une équipe. Il y a toujours des modifications à apporter à l’effectif. Il est nommé au Sénat pour affirmer son statut de chef de parti. Ce n’est pas le poste qui est important, mais la réalisation de la mission confiée par le Président de la République », a déclaré Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, en marge de la cérémonie d’ouverture de la session de l’Assemblée nationale, à Tsimbazaza, hier.
À l’issue de la déclaration du général Ralala, les observateurs ont été unanimes. Le remplacement au sein de l’effectif du Premier ministre Mahafaly, et son transfert au Sénat, pourrait être un choix tactique. Le capitaine des Bleus, pourrait remplacer Honoré Rakoto­manana, président du Sénat, au perchoir de cette institution.

Renforcement
Un remplacement en vue de l’intérim à la présidence de la République, dans le cas d’une candidature de Hery Rajaonarimampianina, à la présidentielle, tel que prescrit à l’article 46 de la Consti­tution. En marge du forum économique de Rome, le chef de l’État a déclaré qu’il s’agit d’une nomination pour compléter le siège vacant, à Anosy. Que sur les liens avec les élections tout le monde peut penser ce qu’il veut. Pour l’État, il s’agit d’un renforcement des institutions, nécessaire, pour plus de stabilité.
Certains estiment, néanmoins, qu’Honoré Rakoto­manana, la personne ayant les épaules assez larges pour tenir la baraque jusqu’à un éventuel retour du sélectionneur. « (…) Il n’est, nullement, question de ne pas avoir confiance en quiconque. Je ne suis qu’un simple sénateur et le président du Sénat est Honoré Rakoto­manana », a réagi Rivo Rako­tovao, à Rome. Cette question de confiance ou non envers le numéro un du Sénat, a déjà été posée au président de la République, durant un petit déjeuner de presse, à Iavoloha, le 16 septembre.
Une des raisons probables de l’initiative de révision des dispositions consti­tu­tionnelles concernant les élections, que le Chef de l’État, a éludée. Le juriste a épuisé la trentaine de minutes de son discours d’ouverture de la session ordinaire du Sénat, à exposer le rayonnement national et international acquis par le Sénat depuis son arrivée au perchoir et féliciter le pouvoir pour les projets structurants réalisés.
Sauf démission, un remplacement d’Honoré Rakoto­manana, nécessitera l’accord des deux tiers des sénateurs pour motifs graves, selon la loi organique sur la Chambre haute. Le projet de retouche de la loi fondamentale afin de réaménager le prescrit sur la démission présidentielle préalablement à une candidature à l’élection, entre au­tres, fait, par ailleurs, face à une forte contestation par la société civile et la circonspection de la communauté internationale. L’initia­tive pourrait, aussi, avoir des difficultés à recueillir les faveurs des trois quarts des députés.
Hery Rajaonarimam­pianina, soutient que le débat sur la révision de la Consti­tution s’impose et que son rôle est de l’initier. Durant le petit déjeuner de presse de septembre, le chef de l’État, a laissé entendre que si tous contestent l’opportunité d’une retouche, l’initiative sera mise au placard. Placer le sénateur Rakotovao au perchoir afin qu’il assure l’intérim suite à une éventuelle candidature du Président de la République, pourrait alors être l’alternative, pour écarter les risques de déconvenues.

Garry Fabrice Ranaivoson