Une adolescente a succombé suite à une suspicion de peste bubonique à Ilafy. Son enterrement a été source de trouble.

La peste de passage à Ilafy et à Ambatobe. Une adolescente de 13 ans, habitant à Manjakandriana et en visite chez sa famille à Ambatobe, a tiré sa révérence en rejoignant une formation sanitaire à Ilafy, hier matin. Les médecins ont soupçonné la peste bubonique. « Des ganglions ont été constatés sur la victime. Le test de diagnostic rapide (TDR) a été positif à la maladie », informe un médecin, ayant requis son anonymat.
La victime serait arrivée à Ambatobe en fin de semaine. Elle aurait envisagé d’acheter des fournitures scolaires dans la capitale. Malheureusement, son programme a été chamboulé par l’épidémie. « Elle a sûrement attrapé la bactérie dans son village, à Manja­kandriana. Ce n’est qu’à Antananarivo que son état de santé s’est détérioré. Ses proches l’ont traitée chez eux. Ils ne l’ont emmenée à l’hôpital que lorsque son état a empiré », précise le médecin. Pour se prémunir contre la propagation de la bactérie, des chimioprophylaxies de contact ont été effectuées sur les membres de sa famille à Ambatobe.

Trouble
Les habitants d’Ilafy se sont opposés à l’inhumation de cette adolescente dans leur village, alors que la mise en terre de cette personne pestiférée est urgente. Ceux d’Andranovelona-Ilafy ont manifesté leur crainte. « Ne nous amenez pas cette épidémie », criaient-ils, en voyant les responsables de la commune arriver avec des bêches, pour creuser la tombe. Ils ont prévu de veiller toute la nuit pour s’assurer que les agents de la commune ne le fassent en catimini.
Toutes les communes devraient disposer d’une fosse commune pour enterrer les victimes d’une telle épidémie, selon le Dr Heri­vonona Durand Derys, directeur de la Santé et de l’hygiène au sein de la commune urbaine d’Antana­narivo. « Il n’y a pas de risque de propagation si les règles sont respectées. Le cercueil doit être placé à cinq mètres en profondeur dans la terre », précise-t-il.
La gendarmerie d’Ilafy a, pour sa part, affirmé que la victime a été déjà enterrée dans le cimetière de la commune. Une autre source décline cette information.
« J’ai encore vu le corps à l’hôpital, il y a trente minutes », lance-t-elle, dans la soirée.
Les dernières statistiques du ministère de la Santé publique, hier à 17 heures 30, sur l’épidémie de peste, font état de cent soixante-neuf cas, depuis le 1er août. Trente en ont succombé. À Antana­narivo, trois individus, un à Ambodihady, et deux au centre hospitalier de Soavinan­driana (CEHNSOA) en sont décédés, lundi. Deux nouveaux malades ont été admis à Ambohimiandra, et un autre à Ampefiloha, hier. La peste a aussi débarqué à Toliara. Un homme qui était en visite à Ambatondrazaka, a apporté la peste bubonique dans le Sud. Il suit des traitements à Toliara, en ce moment.

Miangaly Ralitera