Cinq bandits, dont un concierge, ayant fait irruption dans la maison d’un diamantaire dans le quartier de Marobiby à Itaosy, ont été mis sous les verrous à Tsiafahy.

Traduits devant le parquet hier, cinq braqueurs sont repartis menottes aux poignets,
direction Tsiafahy. Ils sont placés sous mandat de dépôt en attendant leur procès.
Un concierge faisait partie des cerveaux qui ont concocté l’attaque à main armée opérée contre un diamantaire, dans la nuit de lundi à Itaosy. Ils étaient de dix armés de pistolets
automatiques à avoir été soupçonnés d’avoir dérobé les cent millions d’ariary et les 500g d’or de l’opérateur.
Trois d’entre eux ont été pris en flagrant délit tandis que sept autres ont pu
s’échapper. Mardi, deux hommes parmi les auteurs principaux du braquage qui s’apprêtaient à prendre la poudre d’escampette vers Bekily, ont été arrêtés au stationnement de taxi-brousse au Fasanikarana.

Attaque préparée
L’opérateur victime du braquage a indiqué qu’il avait  été menacé avec un revolver, les bandits ont ensuite roué son épouse et ses enfants, de coups avant de se servir dans le coffre contenant de l’argent et de l’or.
La tête pensante de ce hold-up n’est autre que le gardien, selon les explications de la victime. « Le samedi, il s’est rendu compte que son patron avait vendu des pierres précieuses, puis il a réuni  ses hommes venant de différentes régions pour préparer l’attaque du lundi », a indiqué une source au sein du commissariat de police d’Itaosy. Les cinq malfrats dont un caïd impliqués dans cette affaire, sont en cavale et restent  introuvables d’après les
informations recueillies, hier soir. La perquisition se poursuit jusqu’à présent pour pouvoir mettre la main sur ces gangs.

Hajatiana Léonard