Comme attendu, le président de la République a procédé, hier, à une retouche du gouvernement. Trois ministres ont été ainsi remerciés.

On le sentait venir. Le président Hery Rajao­narimampianina a effectué hier un mini-remaniement du gouvernement. Trois départements sont concernés par cette retouche dont l’Énergie et l’eau, la Communication et la Gendarmerie.
Le départ du général de corps d’armée Didier Paza, secrétaire d’État à la gendarmerie en poste depuis avril 2014, a été le plus surprenant. Mais il a été certainement puni à cause de la prolifération des vindictes populaires, de l’insécurité impliquant souvent des éléments de la gendarmerie, de la corruption, des trafics, sans oublier l’arrestation de la conseillère du Président, Claudine Razaimamonjy, effectuée par une unité de la gendarmerie.
Pas assez tranchant, le général Didier Paza a payé pour ne pas avoir su prendre des décisions rigoureuses à propos de certaines situations. Son remplaçant, le général Girard Randriama­havalisoa, devrait faire le ménage au sein de la gendarmerie dont la réputation n’est pas des plus reluisantes vis-à-vis de l’opinion.
Le départ du ministre de l’Eau, Roland Ravatomanga, également en poste depuis le gouvernement Roger Kolo en 2014, était également plus ou moins attendu et marque la rupture définitive entre le pouvoir et le parti TIM. Avec les bras de fer en série entre Iavoloha et la mairie de Tana, il n’aurait pas été logique que le Président garde un élément gênant malgré la conduite relativement bonne du ministre, remercié en dépit d’une gestion cahotante de la dernière sécheresse.

À petite dose
Roland Ravatomanga cède sa place à Lantoniaina Rasoloelison, ancien ministre des Finances et du budget de la Transition, jusque là administrateur général de la Jirama. C’est d’ailleurs grâce à ses performances au niveau de la compagnie de l’eau et de l’électricité que l’économiste Lantoniaina Rasoloelison a été rappelé dans l’équipe du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana. Il a, à la fois, en charge l’Énergie, dont le ministre décédé l’année dernière, n’a jamais été remplacé, et l’Eau. Une fusion logique d’ailleurs étant donné qu une seule société les gère.
La plus grosse surprise de ce remaniement express aura été le retour en grâce et en force de Harry Laurent Rahajason au ministère de la Communication et des relations avec les institutions où il remplace le discret Vonison Andrianjato dont la condamnation de son directeur de cabinet Nivo Ratia­rison a été fatal pour lui. Le ministre ne peut pas être épargné par une affaire qui a éclaboussé son département et que le directeur de cabinet tout seul n’aurait pas pu commettre.
Harry Laurent Rahajason, un des principaux artisans de la victoire de Rajaonari­mam­pianina à la présidentielle de 2013, reprend ainsi du service à un an de l’élection. On ne change pas une équipe qui gagne.
Le dernier changement concerne le vice-ministre des Affaires étrangères chargé de la coopération dont le département devient Secré­tariat d’État. Une promotion dont l’objectif est de mettre un terme à ses bisbilles avec la ministre des Affaires étrangères, Beatrice Atallah.
Rajaonarimampianina remanie ainsi à petite dose et à sa manière son gouvernement. Histoire de ne pas faire de gros chamboulements et de compromettre la solidarité gouvernementale. On s’attend ainsi à d’autres changements plus importants concernant d’autres départements.

La rédaction