La Grande île se présente comme le néophyte de la Cosafa Cup 2017, en football féminin, qui débute ce mercredi, au Zimbabwe.
Il s’agit de la cinquième édition du tournoi. Une première expérience à la compétition de la zone Afrique australe donc pour la sélection malgache, qui sera dirigée par Johary Rakotomalala. Ce dernier et son staff ont misé sur un mélange de jeunes et de joueuses plus chevronnées, pour la campagne zimbabwéenne.
À dix-huit ans, Andoniaina, qui joue au milieu, est la plus jeune du groupe de vingt éléments retenus. La plus âgée se nomme Henintsoa, qui évolue au poste d’attaquante. Sarah, qui a brillé lors des deux premières phases du championnat de Madagascar avec l’Askam Itasy, n’est pas du voyage en raison d’une blessure.
Madagascar n’a pas été garni par le tirage au sort. Il s’est retrouvé dans le groupe A avec le Zimbabwe, la Zambie et le Malawi. Certains observateurs ont notamment parlé de groupe de la mort, avec la présence du Zim­babwe, vainqueur de la précédente édition en 2011, et de la Zambie, une de ses principales rivales.
Dans la poule B, l’on retrouvera Maurice, le Mozam­bique, le Swaziland et le Kenya, invité de la zone Afrique de l’Est.
Dans la poule C s’affronteront l’Afrique du Sud, triple-vainqueur de la com- pé­tition, la Namibie, le Lesotho et le Botswana. Les trois premiers de chaque groupe ainsi que le meilleur deuxième seront qualifiés pour les demi-finales, à l’issue de cette phase de poule.
Pour son premier match de ce mercredi, la Grande île affrontera le pays hôte. Un test plus que sérieux face au champion sortant. Pour le sélectionneur, Johary Rakotomalala, le premier objectif sera de « sortir de cette poule pour atteindre la phase à élimination directe ».
Au-delà des expectations à l’entame du tournoi, une chose est sûre, les joueuses malgaches gagneront en expérience à l’issue de cette première apparition en Cosafa Cup. Elles y affronteront de nouvelles adversaires, plus coriaces par rapport aux habituelles équipes de l’océan Indien.
Et elles y découvriront une nouvelle compétition de plus haut niveau, par rapport aux Jeux des îles de l’océan Indien, le dernier événement international auquel elles ont participé en 2015.

Haja Lucas Rakotondrazaka