Le torchon brûle au sein de la Fédération à cause d’élections contestées. Les instances internationales risquent d’être mises à contribution.

La tension monte. L’asso­ciation des ligues présidée par celle d’Analanjirofo, Jacques Ramaroson a crié haut et fort la mauvaise foi de la Fédération qui a pour but de disqualifier abusivement deux présidents de ligue.
« On a constaté des irrégularités lors du déroulement des élections au sein des structures fédérales du football », a annoncé le président de l’association, Jacques Ramaroson. Treize présidents étaient présents. Ils se sont réunis dans la capitale pour assister à une assemblée générale extraordinaire que la Fédération a qualifiée d’irrégulière. Dès que ces présidents de ligue en exercice ont déposé leur candidature, ils ne doivent plus faire d’autres missions que d’assurer les affaires courantes,  d’après une source auprès de la Fédération.
Hier, l’association des ligues a déclaré son soutien à ces deux ligues, celles de Bongolava et du Sud-Ouest, victimes du non respect des règles éthiques régissant le sport ainsi que les textes réglementaires relatifs au football.

Irrecevable
« J’ai déposé mes dossiers avant la date limite, le 23 novembre, auprès du secrétaire général de la ligue puis auprès de celui de la Fédération. On m’a ensuite délivré un accusé de réception. Pourtant je figure toujours dans la liste des candidats irrecevables », se plaint Raherisoa, président du Sud-Ouest. Quant au cas de la ligue de Bongolava, le président en exercice, Désiré Andrianina Rakotoarimino a rappellé qu’aucun article dans le statut ne mentionne que seuls les clubs D1 et non ceux D2 ont le droit de vote. Tous les clubs affiliés à la section, ayant participé au championnat 2016-2017 ont ce droit … Pourtant l’émissaire du CENI a imposé de déplacer l’élection à la prefecture et seuls cinq clubs ont pu participer au scrutin. Nous voulons rester légaux et avons déjà déposé des recours ce samedi. Nous exigeons l’application stricte du code électoral… Nous sollicitons l’intervention du ministère de la Jeunesse et des sports ainsi que la Confédération africaine (CAF), la Fédération internationale (FIFA) et le Tribunal administratif du sport, a déclaré Désiré Andrianina Rakotoarimino.
« Le processus électoral est suspendu jusqu’à l’accomplissement des résolutions notamment les élections de présidents de ligue prévues se tenir le 15 décembre prochain », conclut la résolution de la réunion des présidents des ligues d’hier.
À cette occasion, Henin­tsoa Rakotoarimanana a pris la parole pour clarifier que les membres de l’association des ligues défendent ici des causes défendables mais chacun est libre à la prochaine éléction de la Fédération.

Serge Rasanda