Transparence. C’est le terme que le directeur des Réformes et de la formation au sein du ministère des Finances et du budget, Onintsoa Raolisoa, a martelé durant la conférence sur la sensibilisation à la trans­parence budgétaire, organisée hier par l’association
« Young African Leaders Initiative » ou YALI Madagas­car, au sein de la Chambre de commerce et de l’industrie Antananarivo. Dans son allocution, elle a affirmé que « le citoyen a le droit de savoir où va son argent ».
C’est dans le cadre de cette démarche que le directeur de la Synthèse budgétaire, Andrianaivo Régis Rakotomanana, a expliqué les différentes étapes de la préparation du budget annuel au sein d’un ministère. « Le budget annuel se prépare un an à l’avance et suit un long processus », commençant par la détermination des grandes orientations et perspectives budgétaires, l’élaboration et envoi de la lettre de cadrage, les négociations et arbitrages ultimes, la phase parlementaire et la mise en place du budget.
La séance de question-réponse qui a suivi la conférence a été l’occasion pour l’assistance, composée d’étudiants universitaires, de demander des éclaircissements sur la diversité des montants attribués à chaque ministère. Selon les explications du directeur de la Synthèse budgétaire, cela dépend des besoins du ministère, « Les ministères qui prévoient de nombreuses tâches demanderont des budgets plus importants par rapport à d’autres qui ne nécessitent pas un très gros budget. Après les négociations, c’est en conseil des ministres que l’on valide ou modifie le budget ».

Loïc Raveloson