Un crédit de 86 millions de dollars du Fonds monétaire international vient d’être accordé. Ceci correspond à la deuxième tranche du programme FEC.

Comme il fallait s’y attendre. Lors d’une réunion, mercredi, le conseil d’administration de Fonds monétaire international (FMI) a donné son accord pour le décaissement de la deuxième tranche du programme facilité élargie de crédit (FEC).
Le montant du crédit s’élève à 86 millions de dollars, soit une hausse de 42,39 millions de dollars de ce qui était prévu dans le contrat initial. Le montant global de ce programme passe de 304,7 millions de dollars à 345 millions de dollars. « L’augmentation de l’accès au titre du FEC et le soutien supplémentaire des donateurs aideront à compenser l’impact de la balance des paiements des catastrophes naturelles », explique le communiqué du Fonds.
Pour sa part, le ministre des Finances et du budget Gervais Rakotoarimanana ne fait que se réjouir de cette nouvelle. Pour lui, ce feu vert du Fonds témoigne la confiance des bailleurs de fonds sur la performance du gouvernement malgache.
« La mission a conclu une note positive sur notre performance économique durant la première revue du programme. Cette revue concerne le deuxième semestre de l’année 2016. Tous les engagements ont été respectés à temps à part le texte sur le recouvrement des avoirs illicites », a souligné le grand argentier, hier, à Antani­narenina.

Course contre la montre
D’après ce membre du gouvernement, le décaissement de ce crédit se fera dans les dix prochains jours. Il permettra au gouvernement de procéder à la réhabilitation des infrastructures touchées par le passage du cyclone Enawo et à renflouer la caisse de la Jirama. « 36 millions de dollars seront versés dans les caisses de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM) pour aider la balance de paiement », a expliqué Gervais Rakotoarimanana.
La décision du FMI a été très attendue par les autorités. Lors de la conclusion de sa mission au mois de mars, l’équipe de Marshall Mills, chef de mission du FMI pour Madagascar, n’était pas satisfait de certaines performances du gouvernement. L’examen du dossier Madagascar était mis au conditionnel. Les dossiers de la Jirama et de la compagnie Air Mada­gascar ont fait trainer les négociations.
Depuis, le gouvernement s’est lancé dans une course contre la montre afin de boucler le dossier à temps et le soumettre devant le Board de l’Institution de Bretton Woods pour examen. Plusieurs cas de figures illustrent bien ce fait comme l’adoption à la va vite du Parlement du projet de loi des Finances rectificative (LFR 2017), l’adoption en conseil des ministres de différents projets de loi comme le recouvrement et l’affectation des avoirs illicites, et celle de la coopération internationale en matière pénale.
La prochaine revue du programme sera effectuée par la mission du FMI au mois de septembre. Si le gouvernement réalise une bonne performance, le décaissement de la troisième tranche de près de 45 millions de dollars sera programmé au mois de novembre. À noter que le premier décaissement dans le cadre de cet accord était accordé le 28 juillet 2016.

Lova Rafidiarisoa