L’hôtelière a, une nouvelle fois, été déférée devant la Chaîne pénale hier. Un détournement de fonds et du favoritisme touchant le ministère de l’Enseignement technique en sont les sujets.

Nouvelle saison. Le feuilleton Razaima­monjy connaît un nouveau rebondissement. Claudine Razaimamonjy, femme d’affaires, a une nouvelle fois été déférée devant la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), sise aux 67 ha hier.
L’hôtelière est, cette fois, happée par une affaire de favoritisme, détournement de deniers publics, ainsi que faux et usage de faux. Le dossier déféré hier éclabousse par ailleurs, de plein fouet, le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Outre Claudine Razaimamonjy, six autres personnes dont les responsables des marchés publics auprès de ce ministère et les dépositaires des entreprises bénéficiaires ont été présentés devant le juge d’instruction de la Chaîne pénale hier.
À l’issue du passage au Parquet, un responsable des marchés publics du ministère de l’Enseignement technique aurait été placé sous mandat de dépôt. Les faits remonteraient à la fin de l’année 2016, et tourneraient autour d’un marché public à hauteur de 200 millions d’ariary. Les faits illicites concerneraient ainsi la passation de marché pour la construction d’un lycée technique dans la commune rurale d’Ambalavao, rapporte une source proche du dossier.

Épargnées
Impliquée dans plusieurs affaires en cours d’enquête au sein du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), ce dossier concernant la commune rurale d’Ambalavao est le troisième du genre pour laquelle Claudine Razai­mamonjy a été déférée devant la justice. Les affaires douteuses dans lesquelles elle est mise sur le banc des accusés concernent, notamment, des constructions publiques dans des localités de la région Haute Matsiatra.
Durant sa garde à vue et son défèrement ultra-médiatisés en avril, il a, toutefois, été indiqué que les enquêtes concernent également d’autres collectivités dans d’autres endroits de la Grande île. Son placement sous mandat de dépôt prononcé le 7 avril fait cependant suite à des dossiers concernant des subventions exceptionnelles dans les communes rurales d’Ialananindro et Mahasoabe, tous deux dans la région Haute de Matsiatra. Des affaires qui touchent le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation.
Favoritisme dans l’attribution de marchés publics, abus de fonction, détournement et recel de deniers publics seraient les infractions qui figurent dans ces dossiers. En tout, la somme des subventions exceptionnelles concernant ces deux communes avoisinent les 500 millions d’ariary. La femme d’affaires est également, mise en cause dans le dossier Ambohimahamasina, où les malversations concernent une subvention exceptionnelle à hauteur de 350 millions d’ariary.
Outre Claudine Razaima­monjy, des responsables ministériels, des élus locaux, entre autres, ont déjà eu maille à partir avec la Justice. Les autorités ordonnatrices des marchés publics au sein des différents départements ministériels concernés semblent, cependant, être épargnées de ces tourmentes judiciaires.
Pour en revenir à l’affaire ayant fait l’objet d’une traduction devant le Parquet hier, les informations indiquent que pour qu’elle puisse se présenter devant le Parquet, le mandat de dépôt de l’hôtelière aura été « provisoirement » transféré à la maison d’arrêt d’Antanimora.

Garry Fabrice Ranaivoson