Si on dit que les murs ont des oreilles, une exposition atypique, collaborative et multidisciplinaire leur permettent d’illustrer toute une histoire. En ode à l’Homme, à l’environnement et à la société en général,
« Les murs qui nous parlent » est un projet artistique contemporain inédit, emmené par trois artistes aussi différents que complémentaires.
Poussant l’expression jusqu’à l’extrême, ces artistes expliquent que si les murs ont des oreilles, ils ont également des choses à raconter. De la sculpture, de la photographie et du vidéo-mapping se conjuguent ainsi brillamment, le temps de cette exposition à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo, à partir de demain jusqu’au 8 mars. Le tout à travers la créativité de l’artiste plasticien Tahiana Rakotoarivony, du photographe Fabio Thierry et de Toxic, l’artiste de vidéo-mapping. « Les murs qui nous parlent » entend définir le statut social de chaque individu, selon la hauteur du mur auquel il fait face.
Les murs évoquent la culture et laissent traverser la parole, dépendant de son épaisseur. Un mur peut être une barrière, un confinement, une sécurité mais également un support d’expressions pour les artistes, avec le street art qui connaît une popularité grandissante. Telle est l’essence même de cette exposition à découvrir. Le vernissage se tiendra demain soir à 18h à Ampasanimalo.

A.P.R