Plus de vingt variétés d’arbres nains dont quelques uns sont endémiques s’ajoutent à la verdure du jardin d’Antaninarenina depuis le 22 novembre jusqu’au 20 décembre.
L’art traditionnel japonais dans la technique de miniaturiser un arbre par différentes techniques afin d’en faire une œuvre d’art esthétique ressemblant à un arbre dans la nature, attire la curiosité des gens venus se prélasser dans cet espace public à ciel ouvert.  Voahangy Malala Razafialivony, Herizo Volanirina Noro Razafindrabe, Bremond Momsen Tsabotobe et Bruno Rakotomanga, les quatre membres de l’association Malagasy Bonsaï sont les maîtres d’œuvre de cette vente exposition.
Cent soixante pièces d’arbres nains sont disposés dans les recoins du jardin.
« J’ai commencé à pratiquer le bonsaï en 1986. La première fois où j’en ai vu un, j’ai été fasciné devant cette œuvre de la nature façonnée par la main de l’homme et depuis je suis devenu un amoureux inconditionnel de cet arbre en miniature », a confié Bruno Rakotomanga, président de l’association qui regroupe dix-huit adeptes de cet art.
Cette vente exposition sert d’outil de communication pour donner les instructions afin de bien entretenir les bonsaïs, les gestes à adopter régulièrement pour réussir son œuvre d’art à partir d’un jeune arbre. « De plus en  plus des gens s’intéressent à cette pratique. Et ils ont besoin de conseils », poursuit-t-il».

Ricky Ramanan