Accusée. La société minière canadienne DNI Metals, actuellement en activités de recherche de minerais de graphite à Vohitsara, dans la commune d’Ambi­nani­niony Brickaville, dans la région Est, est indiquée par une plateforme de la société civile, intervenant dans le foncier, comme en violation de droit. « Le 2 septembre, des éléments de la gendarmerie ont assisté la société DNI pour son forcing de faire subir l’excavation des parcelles de terres des membres de la population des villages, sans leur consentement, et au profit des activités d’exploration de minerais », reproche Haingoarison Randrianomen­janahary, président de la SIF (Solidarité des Intervenants sur le foncier).
Les habitants, qui ont dû céder une partie de leurs terrains pour les recherches ou pour la construction d’infrastructures routières, n’ont obtenu qu’une infime compensation de l’ordre de 30 000 ariary. Le permis de recherche est indiqué appartenir à une exploi­tante en petites mines, propriétaire du permis depuis 2010.
La société est, par ailleurs, blâmée de ne pas avoir effectué des études d’impact environnemental. Elle ne détient pas de programme d’engagement environnemental. La SIF fait savoir que, d’après son constat, DNI Metals utilise de gros engins, prouvant que la société est déjà en phase d’exploitation.

Précisions
Un responsable de DNI Metals, joint au téléphone, hier, explique point par point et avance d’emblée que ce ne sont que des coups perpétrés pour ralentir et intimider le projet. »Si le ministère des Mines et du pétrole ainsi que le BCMM ont délivré le permis et ont autorisé les recherches de DNI Metals jusqu’ici, nos activités ne sont pas en violation de droit », réfute le responsable des opérations de DNI Metals. « Nous sommes une société de droit malgache, en joint venture avec la dame titulaire du permis de Recherche. La présence de gendarmes est logique dans ce genre d’activités, nul n’est à l’abri des débordements qui pourraient surgir en cas d’insatisfaction des habitants. Les gendarmes ne sont pas du tout des moyens de dissuasion », ajoute-t-il.
Le nombre total d’habitants de Vohitsara ne dépasse pas les cent. Une trentaine travaille pour DNI Metals sous forme Himo, en plus des cinquante ouvriers de DNI Metals. « D’autres habitants, encouragés par un ancien maire qui tente de noyer le projet d’exploration, exigent des millions de compensation pour un diamètre de trou utilisé. Toutefois, des représentants du ministère de l’Agriculture sont venus évaluer les compensations exactes pour tout terrain utilisé pour les besoins de l’exploration », poursuit le DNI Metals. « La zone d’exploration n’est pas une zone sensible, donc un permis de recherche environnementale n’est pas nécessaire, une autorisation émanant de la direction interrégionale suffit », précise Amable Benjamin, directeur interrégional des Mines pour Toamasina. On apprend, enfin, que DNI Metals utilise des compresseurs de sondage de minerais et non de gros matériel d’exploitation. « La phase d’exploitation proprement dite est prévue vers la fin de l’année, si tout va bien », finit le responsable de DNI Metals.

Mirana Ihariliva