Flou. Malgré les explications apportées par le ministère en charge des Mines et du pétrole sur ses efforts pour faire du secteur aurifère un secteur pourvoyeur de ressources, la confusion y règne encore. En témoigne la situation à Kianjavato Ambodi­bakoly où « Huit machines de dragage appartenant à des exploitants Chinois à Kianjavato ont été scellés par la Police des mines », selon les explications du secrétaire général du ministère, Carl Andriamparany. « Les enquêtes sur les réelles activités de ces Chinois à Kianjavato sont en cours », a-t-il enchainé jeudi lors d’un point de presse relatif à la situation d’exploitation aurifère de cette localité de la région Vatovavy Fitovinany.  Des exploitants qui sont différents de ceux qui ont été attaqués à Vohilava. « Kianjavato Ambodibakoly est une toute autre localité située à près de cinquante kilomètres de Vohilava.  Ce dernier a été  récemment attaqué mais dont l’exploitation est justifiée par un permis en bonne est due forme », a-t-il fait savoir.
Le matériel de dragage ont été scellés car c’est interdit dans les petites mines et que les populations locales se seraient plaintes d’un déversement de produits chimiques dans le fleuve d’Isaka, amenant les autorités à cesser les activités des Chinois. L’enquête en cours veut dire que le ministère n’est toujours pas informé de l’existence d’exploitations illicites ici et là. « Le territoire est vaste, il nous est impossible de maitriser une à une les exploitations prohibées dans le pays », se défend le directeur de cabinet, Iris Jacky Bezokiny.

Inquiétant
Selon la loi, les étrangers ne sont pas autorisés à descendre dans les carrières alors que des Chinois ou des Sri-lankais y sont aperçus.  Les nouveaux permis ne sont pas encore disponibles car le processus d’octroi  de la plupart des anciens permis est quelque peu inquiétant. « Aussi, faut-il du temps pour assainir le milieu », avancent encore les interlocuteurs. On retrouve quand même des permis miniers octroyés en 2016 comme celui du promoteur de Vohilava. La grande carrière de Betsiaka, à Ambilobe, dans le nord est dite exploitée à grande échelle par une société qui écoule hebdomadairement  près de 40 kilos en hélicoptère. « Si vous dites que c’est de l’exploitation illicite,  comment peut-on  dire qu’il y exactement 40 tonnes héliportées par semaine ? » explique encore le ministère. « Près de six cent kilos des 2,4 tonnes d’or déclarés en 2017 proviennent de Betsiaka, donc  faites le calcul. 40 kg par semaine est quasi-impossible », rétorque le SG. Des explications apportées pour démontrer ainsi que tout est fait pour assainir le secteur. Sept milliards d’ariary de recettes non fiscales sont comptabilisés dans les caisses de l’Etat avec les 2400 kg d’or déclarés jusqu’au mois de novembre de cette année.

Mirana Ihariliva