Les missionnaires du FMI encouragent les autorités malgaches. Les cadres législatifs et juridiques de lutte contre la corruption restent à améliorer.

Loin du compte. Des efforts sont à redoubler concernant la gouvernance. Bien que globalement satisfaits des performances de Madagascar dans le programme de réformes économiques, appuyé par la Facilité élargie de crédit(FEC), les missionnaires des services du Fonds monétaire international (FMI) rappellent les retards accumulés par la Grande île en matière de gouvernance. Il s’agit notamment des cadres législatifs et juridiques, stipulés dans la stratégie nationale de lutte contre la corruption.
Lors d’une rencontre avec la presse, Marshall Mills, chef de mission des services du FMI pour Madagascar a dressé le point de la situation. Sur les quatre lois prévues dans la stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) 2015-2025, seule la loi anti-corruption a été adoptée en 2016. « Ces dispositifs législatifs forment un tout pour lutter efficacement contre la corruption à Madagascar », soutient Boto Tsara Dia Lamina, directeur général du Service de renseignement financier à Madagascar (SAMIFIN).
Dans la situation actuelle, les projets de loi sur le recouvrement des avoirs, ainsi que celui relatif à la coopération internationale ont été déposés au Parlement.
« Effectivement, nous avons eu connaissance de ces deux projets de loi, lors de la première session de l’Assemblée nationale. Comme il s’agit de textes d’une portée importante, nous voulons accorder le temps nécessaire pour les examiner », affirme le député Jean Adrien Vanovason, questeur chargé des relations publiques et de la législation à l’Assemblée nationale.

Dispositions 
Dans le cadre de la première revue de la FEC, une remarque a été formulée par les services du FMI sur la régression des indicateurs de gouvernance à Mada­gascar. Pour inverser cette tendance, les autorités malgaches ont érigé la stratégie de lutte anti-corruption adoptée en 2015, en mettant dans un premier temps le cadre juridique en conformité avec les normes internationales. Il s’agit de la nouvelle loi anti-blanchiment de capitaux, la loi anti-corruption, la loi relative à la coopération internationale et celle régissant le recouvrement des avoirs.
Figurant dans la matrice des conditionnalités des bailleurs de fonds, la mission du FMI porte une attention particulière à la lutte contre la corruption. Ainsi, pour clore son intervention sur l’appréciation de l’évolution des « repères structurels » concernant la gouvernance, les services du FMI, à travers Marshall Mills « ont encouragé les autorités » à renforcer progressivement le dispositif de déclaration de patrimoine, et à adopter les trois autres lois inscrites dans
la SNLCC.

Andry Rialintsalama