Des cas suspects de peste pulmonaire ont été notifiés dans quelques villes côtières, dont Toamasina. La population est terrifiée.

Panique à bord. Les médicaments de prévention de la peste pulmonaire seraient en rupture de stock dans les pharmacies de la ville de Toamasina, depuis hier. Ils seraient très recherchés depuis que la direction régionale de la Santé publique (DRSP) à Atsinanana a affirmé l’existence de suspicion de peste pulmonaire dans cette ville. Certaines personnes en profitent pour en faire du business. Une plaquette est vendue à 5 000 ariary. D’autres, plus prudents, portent des cache-bouches pour éviter sa transmission. La peste pulmonaire se transmet à travers la salive.
Il y aurait un réel danger. Les cas survenus à Toamasina se seraient répandus dans d’autres régions. Un communiqué, envoyé par le ministère de la Santé publique, hier, dans le cadre de la saison pesteuse, a affirmé l’existence de cas suspects de peste pulmonaire dans le Vakinankaratra, à Analamanga, à Alaotra-Mangoro, et même à Atsi­nanana, à Boeny et à Sava qui ne sont pas du tout des zones pesteuses.

Quatre victimes
Une autre source a informé qu’une personne habitant à Bongolava aurait été admise à l’hôpital, hier, pour suspicion de peste pulmonaire. Elle rentrait d’un voyage à Toamasina, à bord d’un taxi-brousse, au début de cette semaine. Une recherche active de tous les passagers de ce taxi-brousse serait en cours, pour éviter la propagation de la maladie.
Le DRSP à Atsinanana, le Dr Raymond Rakotoari­manana, a informé, par ailleurs, l’existence de quatre victimes, soignées au sein du centre hospitalier universitaire de Toamasina, actuellement. Une cinquième personne venait d’être admise à l’hôpital, hier soir. Elle aurait présenté des symptômes suspects mais n’a pas encore passé de test. Ces malades ont été en contact avec les personnes qui ont succombé à la suspicion de peste à Toamasina, dont un membre du personnel de santé, deux étudiants et un autre qui a manipulé le corps d’un défunt.
Officiellement, deux hommes ont succombé à une suspicion de peste pulmonaire à Toamasina, les 2 et 3 septembre. Ce seraient des étudiants locataires du campus universitaire de Barikadimy à Toamasina. Ils ont contracté la maladie sur un taxi-brousse reliant Antananarivo à Toamasina. Selon la précision de la DRSP Atsinanana, la personne qui les a contaminés, travaillait à Ankazobe et allait rejoindre sa famille à Toamasina, suite à une maladie. Ce dernier a succombé à Mora­manga.
La femme et la sœur de l’une de ces victimes auraient également perdu la vie.
Et la femme décédée dans un hôpital à Antana­narivo et enterrée dans la fosse commune d’Anja­nahary a également été conta­minée par la maladie à Toamasina.
La situation ne serait pas aussi terrifiante qu’elle en a l’air, à entendre le Dr Mahery Ratsitorahina, directeur de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE). « Tout ce qu’on peut dire, pour le moment, c’est que la peste est passée à Toamasina. Autour de deux cent cinquante personnes ont déjà reçu des doses de médicaments de prévention, dont les personnes en contact avec les victimes », rassure-t-il. Il évite, pour le moment, d’évoquer le nombre exact des personnes, qui ont succombé à cette maladie.
« Nous allons encore mener des enquêtes à Moramanga et dans d’autres villes et nous vous communiquerons, très prochainement, les résultats », rassure-t-il.
Mais l’épidémie est en train de sévir et de se propager dans plusieurs villes, la population a besoin de connaître la vérité pour prendre les mesures adéquates.

Miangaly Ralitera

Lire aussi :  Tourisme - Des réservations annulées