Coup de pouce. Une structure de financement de la formation professionnelle au sein des entreprises se prépare. Le projet de loi de cette structure a été voté par les parlementaires, le 30 novembre. Les sénateurs décideront de son sort le 12 décembre.
Il s’agit d’un fonds de financement attribué au renforcement de capacité et des compétences des employés des entreprises et des jeunes diplômés. « Leur compétence ne satisfait pas les employeurs. Ils sont contraints de  financer leur remise à niveau. Ce fonds devrait permettre aux entreprises de soutenir ce financement, à partir du moment où cette structure est fonctionnelle», explique Noelison  Rabearivelo, directeur général de la Promotion de l’Emploi au sein du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. C’était à l’hôtel Carlton Anosy, hier, dans le cadre de la présentation du Bulletin d’études sur les femmes dans la vie active et dans les sphères décisionnelles.
Les entreprises, à qui revient cette initiative, comme la ministre Lydia Raharimalala Toto a tenu à préciser, verseront 1 % de leur masse salariale pour le financement de ce fonds. «70 % du fonds seront attribués au renforcement de capacité des employeurs en activité. Les 20 % sont pour le pré-emploi des jeunes diplômés. Ils pourront bénéficier d’une indemnité de stage », poursuit Noelison  Rabearivelo.
Ce fonds devrait présenter un grand atout pour nos jeunes diplômés, prioritairement, les femmes qui mettraient jusqu’à vingt-sept mois pour trouver un emploi, à cause d’un manque d’expérience et de compétences professionnelles, selon ce bulletin d’études réalisé par l’Office national de l’emploi et de la formation (ONEF) et de l’Institut Électoral pour une démocratie durable en Afrique (Eisa). S’ils présentent un travail satisfaisant, les employeurs pourront les embaucher.

M. R.