Levier de développement. Une solution se présente aux promoteurs de projet, malga­che, avec le financement participatif ou « crowdfunding ». Ce concept est une façon pour les entreprises et les particuliers de récolter des fonds pour le lancement ou l’expansion de leurs projets. C’est également un mode de financement permettant de fédérer le plus grand nombre de personnes autour d’un projet à potentiel. « L’idée est encore toute nouvelle à Madagascar dans sa version moderne. Cependant, nous utilisons déjà ce procédé dans notre quotidien. Par exemple avec les cotisations familiales ou les tontines », explique Ny Aina Rakotoarison, business analyste chez « Kapital plus plus » la première plateforme à initier le financement participatif ou sociofinancement dans le pays.  La création d’emplois, via la création d’entreprise, est toujours considérée comme étant un signe de croissance économique pour un pays. C’est, en partie, par ce principe que sera conduit le salon RSE et Dévelop­pement durable qui se tiendra au Carlton Anosy à partir de demain. Grâce à cette recherche du développement durable, bon nombre de Malgaches aspirent à diriger eux-mêmes leurs propres entreprises tout en fournissant des emplois à leurs compatriotes. Peu d’entre eux, pourtant, arrivent à concrétiser leurs projets. Là où la réalisation bloque, se présente toujours le facteur financement.

Tremplin

Dans bon nombre de cas, les promoteurs de projets, jeunes pour la plupart, arrivent à concevoir des projets à forts potentiels qui mériteraient d’être réalisés. Cependant, beaucoup d’entre eux peinent à matérialiser leurs projets par manque de financement ou de capacité à établir un bon business plan. Pour ce faire, certains se tournent vers les emprunts bancaires ou les microfinances. Une option qui requiert des garanties que beaucoup n’ont pas.  Avec le crowdfunding, les jeunes entrepreneurs auront l’opportunité de réaliser leurs projets en partant d’une quête ou d’une levée de fonds. Le financement participatif, qui agit alors comme tremplin pour ces jeunes entrepreneurs peut se définir en trois modèles que sont le « crowdgiving », fonctionnant par un système de don, le « reward crowdfunding » où les investisseurs sont récompensés en échange de leurs participations et enfin le « crowd equity » dans lequel l’investisseur devient actionnaire du projet.

Harilalaina Rakotobe